Alors que jusqu’à maintenant, il y avait les antivirus payants et les antivirus gratuits mais avec plein d’options payantes, il semblerait que la mode du Cloud Computing arrive aussi au niveau des antivirus. C’est en tout cas le chemin qu’a décidé de prendre Panda Security, un des acteurs majeurs du monde des antivirus.

En effet, c’est aujourd’hui que la société Panda Security vient d’annoncer une nouvelle révolution dans le monde des antivirus avec le premier antivirus basé sur du Cloud Computing. Exit les logiciels résidents lourds avec toute la base de données et tout et tout, et bienvenue au client léger qui va profiter d’internet pour la protection, Panda Cloud Antivirus. Et comme tout le monde participe à la protection de tous, cela devient gratuit !

panda-cloud-antivirus-1

Alors là, vous allez me demander la différence entre ce qu’on a actuellement et ce qui arrive aujourd’hui ? En fait, pour faire simple, actuellement, tout était en local, on n’était pas protégé en temps réel. Une fois un virus détecté, il fallait que le virus revienne chez l’éditeur de l’antivirus pour que ce dernier puisse mettre à jour sa base et après seulement, le patch était redistribué aux utilisateurs, ce qui laisse un certain temps de propagation pour le virus concerné.
Maintenant, dès qu’un fichier est suspicieux, l’antivirus alerte automatiquement les serveurs de l’éditeur et tout le monde profite du patch, du coup, plus de propagation, vous êtes connectés, vous êtes protégés en live. Le système de protection repose du coup sur la communauté d’utilisateurs et on parle d’un traitement des nouveaux codes malveillants en moins de 6 minutes.

Et là où ça devient drôle, c’est que justement, jusqu’à maintenant, un créateur de virus possédait les licenses des antivirus pour tester son virus avant propagation, maintenant, dès qu’il va vouloir tester, ça partira directement sur les serveurs de l’éditeur d’antivirus et hop, on commencera déjà à être protégé contre l’arrivée éventuel du virus par un autre biais. Mais là où c’est encore plus fort, c’est que du coup, ce sont les serveurs de l’éditeur qui vont être la cible et non plus les pauvres petits postes des utilisateurs.

De plus, Panda Security nous promet un client résident bien plus léger (on parle de 17Mo de RAM seulement), et on sera moins obligé d’éteindre l’antivirus dès qu’on a besoin de ressources comme c’est souvent le cas avec les jeux-vidéos.

Dans tous les cas, avec plus de 35.000 malwares par jour, avoir une protection en temps réel n’est plus un luxe. Surtout quant on sait qu’en 2008, il y a eu plus de malwares que durant les 17 dernières années combinées. J’attends de voir les réactions de tous, l’efficacité réelle mais aussi ce que vont faire les créateurs de virus et de malwares mais je trouve l’idée très intéressante et comme on est de plus en plus connecté, cette idée de Cloud Computing n’est pas mauvaise.