Tokyo University vient d’annoncer avoir réussit à créer de la mémoire Flash à partir de matériaux organique. Alors rêvez pas, c’est pas en arrosant quotidiennement vos futurs cartes mémoire que vous augmenterez la capacité !

Le groupe de recherche dirigé par les professeurs Takeo Someya et Tsuyoshi Sekitani, à développé un prototype en Polyéthylène Naphthalate (PEN), nécessitant très peu d’énergie (1V pour la lecteur, et 6V pour écrire/effacer), mais ne conservant les données qu’une seule journée et n’acceptant que 1000 cycles d’écriture. Mais l’idée est surtout de produire une mémoire peu onéreuse, écologique, flexible, et dont les champs d’applications seront par exemple le papier électronique. En gros, dans l’état actuel des choses, c’est bon pour un journal quotidien :wink:

organicmemory1via electronista