Klipsch est une marque connue et reconnue dans le domaine audio, leur arrivée sur le marche des écouteurs n’est pas récente, mais pas vieille non plus.
Assez abordables avec des prix respectifs de 50 euros et 80 euros, voici un test des modèles Image S2 et Image S4.

_1060746

Session d’écoute des Klipsch Image S2

_1060753

Alela Diane – Pirate’s gospel

Une voix atypique, soutenue par le reste de la famille, une bonne ambiance folk, bref : part belle aux voix !

Petit côté étouffé du fait d’un grave pas ultra défini mais bien présent, caractéristique de cette gamme de prix. L’équilibre reste bien adapté au genre néanmoins

Ayo – Ain’t it supposed to be love

Une chanson très douce, à la sonorité assez chaude, accompagnée de percussions et d’un fin jeu de guitare

Le résultat est plus étouffant qu’avec les S4, les percus sonnent sourd et la voix d’Ayo peine à prendre le dessus. Heureusement le niveau de détail plutôt satisfaisant évite d’avoir un morceau trop confus, ce qui est déjà pas mal avec cette chanson.

Pink Floyd – Another brick in the wall (full)

Les quelques morceaux qui composent ce titre de 10mn sont peut-être le pilier de la discographie Pink Floyd : un son ultra léché, une intro et une outro mythiques, des guitares ultra planantes, un rythme dément, ze titre qui met à mal un casque mal équilibré.

Ici le rendu est moins carré, moins précis mais au final très adapté. Le bas medium/grave résonne bien même si l’atmosphère n’est pas aussi planante qu’on le voudrait. Chose étonnante pour du matériel de ce prix, l’aigu est bien dosé, seulement un peu écrasé par les gros coups de batterie pas vraiment secs (de gros « poums »).

Massive Attack – Teardrop

Un beat imitant le rythme cardiaque (pour ceux qui ne le connaissent pas, le clip est à voir), un clavecin, des crépitements, quelques notes de piano et une voix féminine. Un morceau qui donne une impression assez « noire », assez troublante, et qui devient une bouillie assez désagréable si le casque manque de précision.

D’un côté un grave pas trop défini mais un peu étouffant sied bien au morceau, de l’autre ça risque fort de masquer le reste et d’installer la confusion dans un morceau déjà pas très clair. Par miracle, la voix de la chanteuse est parfaitement présente, les détails en arrière plan sont un peu masqués mais y est, c’est déjà un tour de force.

Daft Punk – Around the world

Un mythe de la musique électronique, avec une intro « je rentre progressivement dans la boîte », une foule de détails et un beat qui tape, qui tape, qui tape…

Bon c’est pas l’émerveillement, on n’a pas le beat tranchant et les notes aigues qui flottent en l’air, mais ça tape, ce n’est pas brouillon, la sensation de déséquilibre n’est pas flagrante. Bref un résultat plus qu’acceptable !

Michael Jackson – Human Nature

Morceau formidablement bien enregistré qui fourmille de détails, l’impression d’espace est un bonheur avec un bon casque.

Comme une lettre à la poste ! Le morceau prend une coloration un peu chaude, un peu moins carrée que les prods de MJ, un parti pris ma foi convaincant. De l’excellent boulot !

Conclusion

Bien finie, avec un design travaillé, confortable, on a affaire à une bonne petite paire d’écouteurs qui sonne très bien. Une paire à compter parmi les nouvelles références de la catégorie.

Seul petit reproche : le câble est un peu trop bruyant.

Session d’écoute des Klipsch Image S4

_1060747

Alela Diane – Pirate’s gospel

Une voix atypique, soutenue par le reste de la famille, une bonne ambiance folk, bref : part belle aux voix !

Belle présence dans le grave, une présence qui semble bien contrôlée de surcroît. La scène sonore n’est pas très large mais tout est en place et détaillé.
Ayo – And it supposed to be love

Une chanson très douce, à la sonorité assez chaude, accompagnée de percussions et d’un fin jeu de guitare

L’aigu est timide, encore une bonne précision et un grave bien présent. On ne peut pas vraiment dire que ça soit le son qu’on aime entendre sur ce type de morceau, un son un peu « cotonneux ».

Pink Floyd – Another brick in the wall (full)

Les quelques morceaux qui composent ce titre de 10mn sont peut-être le pilier de la discographie Pink Floyd : un son ultra léché, une intro et une outro mythiques, des guitares ultra planantes, un rythme dément, ze titre qui met à mal un casque mal équilibré.

On peine franchement à ressortir l’atmosphère planante, encore une fois la scène un peu étroite et l’aigu est en retrait. En revanche on a affaire à une restitution très carrée, précise, et énergique (les coups de batterie martèlent bien). En fait on a l’impression que tout est très bien joué, mais un ton trop bas.

Massive Attack – Teardrop

Un beat imitant le rythme cardiaque (pour ceux qui ne le connaissent pas, le clip est à voir), un clavecin, des crépitements, quelques notes de piano et une voix féminine. Un morceau qui donne une impression assez « noire », assez troublante, et qui devient une bouillie assez désagréable si le casque manque de précision.

Ouch c’est pas ça, pas ça du tout. Le rendu est ultra-étouffé, beaucoup trop déséquilibré pour une paire de prix. On passe.

Daft Punk – Around the world

Un mythe de la musique électronique, avec une intro « je rentre progressivement dans la boîte », une foule de détails et un beat qui tape, qui tape, qui tape…

Idem ici, on pousse le volume pour pallier au manque d’aigu et on met en conséquence en avant un grave bon mais un poil débordé par le beat ultra généreux de la chanson.

Michael Jackson – Human Nature

Morceau formidablement bien enregistré qui fourmille de détails, l’impression d’espace est un bonheur avec un bon casque.

C’est propre, les détails fourmillent, le grave n’empiète pas mais sur une merveille de mastering comme celle-ci dans laquelle l’équilibre tonal frôle la perfection, les klipsch montrent dès les premières notes leur flagrant défaut d’équilibre. Extrêmement frustrant, on sent le potentiel mais le résultat est tout juste correct.

L’égaliseur

Une bonne paire énergique avec un flagrant défaut d’équilibre ? Avec un peu de chance et un bon lecteur, peut-être qu’on peut faire des miracles en égalisant ! Et c’est le cas. A titre d’exemple, j’ai réglé mon Cowon S9 avec un égaliseur 0 0 +3 +2 +2 et un BBE +2, et comme par magie j’ai assisté au retour de la plupart des voix au premier plan, les infos spatiales se sont faites plus présentes avec une pour conséquence une scène sonore bien fort élargie, et surtout le timbres se sont éclaircis, le retour de l’aigu les rendant beaucoup plus réalistes.

Conclusion

Difficile de conclure sur une telle paire. Direct sortis de la boîte, ces S4 sont tout juste corrects, bref pas de quoi dépenser presque 100€. En revanche en s’armant d’un bon égaliseur on fait des miracles et les S4 deviennent une des meilleures paires que j’aie essayé dans cette gamme de prix.

Au chapitre des défauts, le câble est aussi un peu bruyant.

Galerie photo complète