cwe-ecrans-07

Drôle de paradoxe : on les regarde toute la journée, mais on ne les voit plus vraiment. Les écrans sont tellement présents, variés et indispensables qu’on passe notre vie à en regarder. Concentrés (film, boulot), distraits (web, boulot ahem), mais toujours devant. Une surabondance de « fenêtres sur le monde » qui n’a pas fini de nous recouvrir. Explications dans la suite.


…………………………

Nous sommes vendredi après-midi, je vais donc tromper votre demi-assoupissement en vous demandant d’effectuer un petit recensement perso : Combien d’écrans utilisez-vous au quotidien ? Personnellement, cela donne pour moi : une télé, mon laptop, celui de ma copine quand je lui emprunte, un netbook, mon PC de bureau, mon smartphone, une tablette, une console portable, un cadre numérique. En gros 9 écrans (Enfin, 10 en ce moment, ahem). Si mon cas ne paraît pas extrême, il suffit de prendre du recul pour bien mesurer où nous en sommes arrivés : 9 écrans, c’est énorme. Et logique

…………………………

//LE SYMBOLE DE NOTRE EPOQUE TECHNOLOGIQUE

Si on remonte un petit peu dans le temps, celui des Frères Lumière par exemple, on se rend compte que depuis son apparition, l’écran n’a fait qu’agrandir son influence, sa présence. Après le cinéma, la seconde grande révolution fut celle de la télé, véritable icône de notre société médiatique. Et cette télé s’est multipliée dans nos vies. Une télé par foyer, puis une seconde dans la chambre des parents (souvent l’ancienne, poussée par la nouvelle arrivée dans le salon), puis une pour l’adolescent, puis au final, une par pièce. Cela paraît assez évident, mais il y a quelques années, c’était impensable. Idem pour les ordinateurs, 3e révolution de l’écran.

cwe-ecrans-08

Avec le prix et la complexité des machines, ces dernières sont longtemps restées réservées aux bureaux, puis elles sont arrivées dans les foyers et puis, comme la télé, l’ordinateur s’est multiplié, pour devenir vraiment individuel : il y a désormais quasiment un ordinateur par membre de la famille. Et je peux développer de la même manière avec les laptops et les netbooks. Sans oublier la 4e révolution, celle des smartphones, aka l’écran communiquant.

…………………………

//LES FLACONS, LES IVRESSES

Évidemment, ces multiplications de médiums ont accompagné une multiplication du contenu. Si l’on reprend l’image de la télé, nous sommes passés d’une unique chaîne d’état, à 6 chaînes réservées puis à une multitude de chaînes de télé niche, du sport au porno en passant par les poissons (la chaîne la plus rentable de l’histoire fût une chaîne diffusant 24/24… Un aquarium).

cwe-ecrans-06

Ajoutez à ces écrans les jeux vidéo, les DVD et ajoutez par dessus l’ultime melting pot qu’est Internet. Vous obtenez un torrent continu et quasi infini de contenus, que l’on déguste de diverses manières, mais surtout, tout le temps.

…………………………

//MAIS MONSIEUR, IL Y A UN ECRAN POUR CA…

On ne va pas s’étonner : les constructeurs se frottent les mains. Et l’écran est devenu le nouvel étalon mètre, la nouvelle valeur refuge pour définir leur activité. Car le but du jeu est désormais pour eux de nous vendre un éventail continu d’écrans pour avaler et diffuser tous les contenus, subvenir à tous les usages. Regardons le cas Apple, car (non je ne suis pas fan) c’est le plus parlant.

La marque est partie d’une offre simple, à savoir un ordinateur. Puis elle a ajouté les laptops. Puis les baladeurs mp3. Puis la télé (avec Apple TV et l’échec qu’on lui connaît), puis les téléphones, puis enfin les tablettes. Si l’on regarde par taille d’écrans, cela donne une verticalité quasi continue – il manque toujours une télé :

1.8″ : iPod Nao
3.5″ : iPhone / iPod Touch
9.7″ : iPad
13.3″, 15.4″, 17″ : Macbook / Air / Pro
21.5″, 27″ : iMacs
24″, 30″ Apple Display

cwe-ecrans-05

La stratégie de ces appareils est simple : véhiculer quelque soit la situation nos besoins en information ou en interaction. Le cas de Sony est encore plus large, puisque le constructeur fabrique autant des télés que des consoles, des ordinateurs, des cadres et des smartphones… On l’aura compris, la stratégie des constructeurs est de créer pour nous un tunnel continu d’image. On passe d’un contenu par écran dédié à tout type de contenus pour plein d’écrans capables.

…………………………

//LES NOUVEAUX USAGES

A force de se diversifier jusqu’à l’extrême, le format d’écran invente de nouveaux usages. En tête ? Les territoires nomades. Ainsi, la Nintendo DS XL, marketée pour les seniors au Japon, a été présentée comme une « console nomade de salon » en Occident, faisant pas mal rire les médias. Mais si l’on regarde Apple (oui, encore), la communication autour de l’iPad est assez claire : c’est votre meilleur compagnon du canapé. Plus intéressant encore, la tendance du « side screen » (oui je sais, encore un anglicisme, yeah), qui se développe de plus en plus.

cwe-ecrans-01
L’iPad, side screen par excellence du moment.

Cette dernière consiste à utiliser un écran en complément d’un autre. Une sorte d’évolution plus flexible du bi-monitoring. Ainsi, beaucoup d’entre nous se sont surpris durant cette coupe du monde à utiliser leurs téléphones ou tablettes tout en regardant les matches à la télé ou sur ordinateur. Le but ? Suivre un second match en parallèle, accéder aux stats des joueurs, au sites de paris, aux golaverages pour calculer les possibilités de qualifications, etc. Je Googlise depuis mon canapé un acteur ou une actrice de la série télé que je mate. Le dernier Scrabble d’EA pour iPad propose l’iPhone comme porte lettres etc.

Ainsi, ces nouvelles pratiques confirment qu’en parallèle des offres des constructeurs, nous mixons de plus en plus nos différents écrans. On ne passe plus d’un usage à l’autre, mais on combine désormais sur l’envie nos besoins d’information, de consultation. L’écran n’est plus un objet, mais une notion. Ce n’est plus une fenêtre sur le monde, mais notre monde.

…………………………

//A CRAN

Nos besoins sans fin, les contenus infinis, ces écrans totaux… Tout cela mène à une drôle de situation, celle de la possible et probable saturation. Alors que l’on offre désormais un téléphone aux enfants entrant au collège, un netbook pour les ados, que les télés deviennent ordinateurs, les téléphones des télés, les tablettes des écrans de support qu’il se créer chaque jour plus de contenu que l’on pourrait en voir pour une vie entière, on se demande : où se trouve la limite ?

cwe-ecrans-03
Le JDG en 3 formats différents : 30″ au bureau, tablet, smartphone.

Deux choix s’offrent à nous : le premier, une re-concentration des écrans. Un appareil « ultime » par exemple, qui ferait tout. Pourquoi pas une sorte de super smartphone équipé d’un projecteur (qui commence déjà à exister …) ? On emmènerait sa vie et on diffuserait du contenu où l’on veut. La tendance à court terme ne va cependant pas dans ce sens, même si ce fantasme de l’appareil unique, dont le débat fût très actif du temps du combat smartphone vs. téléphone + PDA (mais si, il y a eu un débat, très sérieux). L’intérêt des constructeurs à vendre un maximum d’appareils est évident, et cela leur permet de plus de jeter des hameçons dans la mer, histoire de voir si un d’eux pêchera la grosse prise, à savoir la forme dominante d’écran de ces prochaines années…

Ah, et la seconde solution ? Elle est cybernétique et neuronale, mais nous aurons le temps d’en parler dans la 1200e Chronique du Week End… En attendant, et comme le dit toujours le fameux PPD des Guignols de l’Info : « Vous pouvez maintenent éteindre votre écran et reprendre une activité normale« . Mais quel écran ?

cwe-ecrans-09

…………………………

//BONUS : LES ECRANS DU JDG

Anh : 13
TV
Ordinateur de bureau x2
Ordinateur portable x2 + Ecran externe
Netbook
Tablettes/PMP x2
Smartphone x2
Console portable
Cadre photo

Greg : 10
TV x2
Ordinateur portable
Netbook
Smartphone
PMP/Baladeurs MP3
Deux écrans PC bureau
Console portable
Cadre photo

“Les chroniques du Week End sont des réflexions de Lâm Hua sur la culture et l’industrie geek. Elles engagent les opinions de leur auteur et pas nécessairement celles de l’ensemble de la rédaction du JDG.