Comme vous le savez maintenant, c’est dimanche dernier après le 20h que Samsung a lancé officiellement son Wave ou S8500 pour les intimes. Si vous n’avez pas tout suivi, c’est par ICI. Pour rappel, le Samsung Wave vous propose une coque tout en aluminium brossé, un écran tactile Multi-Touch et Super AMOLED de 3,3″ avec une résolution de 800×480, la 3G/3G+, le Bluetooth 3.0, le WiFi b/g/n, le support du format DivX, un APN de 5 Mégapixels avec Flash, l’enregistrement de vidéo en 720p, un processeur Samsung de 1Ghz, 2Go de mémoire interne, un port mémoire microSD, un GPS intégré compatible A-GPS, un accéléromètre, la technologie mDNIe (mobile Digital Natural Image engine), le tout dans 10,9mm d’épaisseur et tournant bien évidemment sous Bada OS/TouchWiz 3.0. Comptez entre 400 et 450 euros hors abonnement et 29 euros avec abonnement !

Après une semaine d’utilisation, que vaut le Wave et plus encore, comment la marque coréenne s’en est sorti avec son nouveau système d’exploitation, Bada OS.

samsung-wave-live-01


On commence par un tour du propriétaire. Le Wave en a enfin fini avec son design à base de plastique glossy, bienvenue donc à l’alu brossé couleur « Ebony-Gray ». Certes, il reste du plastique en haut et en bas de l’appareil, mais on va dire que c’est pour la bonne cause (pour les antennes) et que finalement, ça ne nuit aucunement au design.

samsung-wave-live-02

Sur la face avant se trouve le bouton Home et non, ce n’est pas un pavé directionnel. À sa gauche se trouve le bouton pour décrocher et à sa droite celui pour raccrocher et annuler. En haut on a la caméra pour la visio et le capteur de proximité.
Sur la tranche gauche se trouvent les boutons de volumes, et ce, en alu brossé. Sur la tranche droite se trouve le verrouillage de l’appareil et le déclencheur pour l’APN. Et enfin, sur la tranche du bas se trouve uniquement le micro, et sur la tranche du haut, un haut-parleur, une prise jack 3,5mm et la prise micro-USB pour la recharge. Pour cette dernière, on notera le cache coulissant, toujours mieux pensé qu’une simple trappe comme c’est souvent le cas chez la concurrence.

samsung-wave-live-09

Le Wave ne fait que 11mm d’épaisseur et tiens bien dans la main. L’écran est de type capacitif multi-touch et surtout Super AMOLED. Inutile de vous dire que les couleurs pètent grave, si je peux me permettre. Le contraste est fabuleux pour un écran de cette taille (3,3″ avec une résolution de 480×800), les noirs de l’écran se confondent avec le cadre et ça, c’est appréciable. De même, je n’ai pas eu de problème en plein soleil, l’écran est resté visible et le côté brillant ne m’a pas gêné. La différence avec un écran AMOLED n’est pas flagrante au niveau des couleurs, c’est surtout sur les noirs qu’on verra la différence.

samsung-wave-live-11

Un des autres avantages serait une consommation moindre. À vrai dire, je n’ai pas tout mesuré, mais en utilisation normale, alors que je ne tiens qu’une journée en moyenne avec les autres smartphones (hors iPhone 4), le Wave a tenu deux bonnes journées. J’ai été encore plus impressionné avec le mode Routeur WiFi qui ne pompe pas tant que ça, surtout quand je le compare au Palm Pré ou au Google Nexus One.
Pour en revenir à l’écran, le seul truc qui m’a gêné, c’est sa largeur que je trouve un chouia trop étroit, j’aurais préféré un écran peut-être plus large et moins haut. En effet, Samsung a choisi d’aligner que trois colonnes, ce qui fait un peu serré au final.

samsung-wave-live-18

La connexion WiFi n’a pas posé de problème, c’est du classique pour le coup. Le mode WiFi Tethering ou Routeur WiFi fonctionne très bien, et ce, jusqu’à trois connexions simultanées. On regrettera juste que le mot de passe doive se faire avec des chiffres et non des caractères alphanumériques. Pour ce qui est du Bluetooth 3.0, n’ayant pas de périphérique à cette norme, je n’ai pas pu tester, mais avec un casque à la norme 2.1, ça n’a pas posé de problème.

samsung-wave-live-20

Et Bada OS alors ?

En coréen, Bada signifie océan. Inutile de vous cacher l’allusion de la marque coréenne. Prenant pour base iOS et Android, Samsung a finalement sorti son propre OS pour remplacer celui vieillissant des autres Samsung Player. Bada OS se destine aux smartphones d’entrée de gamme et vu la présence de la marque sur ce secteur, inutile de vous dire que Samsung a des cartes à jouer.

samsung-wave-live-26

Et oui, pourquoi aller concurrencer l’iPhone 3GS/4 ou les autres « gros » d’Android sur un marché haut de gamme quand on sait qu’il reste tant à faire pour convertir le grand public aux smartphones. C’est d’ailleurs sur ce constat qu’a été créé Bada OS. Le grand public arrive petit à petit sur le marché des smartphones et une grosse partie préfère encore ne dépenser qu’une cinquantaine d’euros max. De plus, ce même public n’utilisera son smartphone que pour les réseaux sociaux, les emails, internet et quelques jeux. Évidemment, l’iPhone, le Nexus One, le Palm Pré ou encore le Desire le font très bien, mais leur image élitiste, haut de gamme, geek, early adopter peut être un frein pour le grand public.

Bada OS se présente donc comme un OS similaire à iOS, WebOS ou encore Android et propose dès le départ, la synchronisation des ses informations personnelles, les réseaux sociaux (Samsung Hub avec Facebook, Twitter et MySpace) intégrés aux contacts, un navigateur internet, des widgets, jusqu’à 9 écrans d’accueil pour les widgets et une boutique d’applications.

samsung-wave-live-22

On commence par les écrans d’accueil qui vont de un à neuf. Sur ces écrans pourront être placés uniquement des widgets. On regrettera du coup l’impossibilité d’y mettre des raccourcis d’applications. Pour ces dernières, il faudra appuyer sur le bouton Home et accéder à la grille d’applications (qui ressemblerait presque à celle de l’iPhone), et heureusement, on pourra réorganiser ses applications comme on le souhaite. Pour ce qui est des fonds d’écran, c’est donc possible sur les écrans d’accueil, mais pas sur la grille d’application. Samsung a donc choisi de séparer les widgets des applications, et si on fait abstraction de ce que propose iOS ou Android, et bien, on pourrait se dire pourquoi pas ? Perso, je préfère la mixité d’Android.

samsung-wave-live-27

Sur ce qui est des réseaux sociaux, il existe une application native pour chaque, on regrettera juste la sobriété et les fonctions tirées au minimum. Par contre, l’intégration et la synchronisation entre les contacts et les réseaux sociaux est plus qu’appréciable. On pourra ainsi accéder à toutes les informations d’un contact allant de son email à son statut Facebook.
On notera aussi la présence d’un Méga-Widget, Daily Briefing, qui rassemble à la fois la météo, des news et des infos boursières. De futures mises à jour ajouteront de nouvelles fonctions à ce widget.
En parlant de widgets, il y en a bien un qui reprend les statuts de vos amis mais c’est très sommaire, c’est un peu dommage puisque dans l’OS de Samsung, les widgets sont la première couche avant d’arriver aux applications.

Pour les informations PIM, je n’ai pas eu de soucis si ce n’est que Bada OS ne se synchronise pas encore avec Google, du coup, c’est soit Exchange, soit le logiciel de synchro avec Outlook. Exit donc le Mac, mais qui sait, peut-être que ça changera d’ici peu.

samsung-wave-live-32

On passe maintenant au navigateur internet, il fonctionne plutôt bien, mais AMHA, il n’est pas encore finalisé. Pourquoi ? Il ne m’a pas planté, mais l’interface n’était pas optimisée pour l’écran. En effet, en mode portrait, déjà que l’écran n’était pas très large, le navigateur maison ne reformate pas les zones de textes comme sur Android par exemple. Du coup, on se retrouve avec des polices toutes petites et il faudra être en mode paysage pour profiter d’une meilleure expérience internet.
L’expérience web m’a donc permis de découvrir le clavier qui reste complet, qu’on soit en mode paysage ou portrait. Bien évidemment, il fonctionnera bien mieux en mode paysage, mais je n’ai pas eu de problème en mode portrait, tout cela grâce à un écran tactile de très bonne facture et précis. Sinon, la navigation sur une page s’est avérée plutôt fluide et rapide.

samsung-wave-live-33

Pour ce qui est des performances générales, le Wave s’en est bien sorti, c’est fluide et le support du multitâches ne nuit en aucun cas l’utilisation quotidienne du smartphone. J’ai quand même noté quelques ralentissements quand je téléchargeais des applications par exemple, mais rien de bien grave.

Pour ce qui est des photos et vidéos, inutile de vous dire que le zoom numérique, c’est mort d’archi-mort. À côté, les résultats sont plutôt bons, même si les photos sont un peu fades par rapport à ce j’aurais souhaité. Les vidéos en 720p passent plutôt bien aussi, mais surtout, le Wave supporte quelques codecs qui risquent de plaire à pas mal d’entre vous, comme le DivX et le Xvid. Du coup, pour les vidéos, il a suffi d’un drag&drop et les vidéos se lançaient sans problème sur le Wave. Pas de conversion ou autres, c’est bon ça !
EDIT : Bon, petit soucis avec les photos et vidéos en exemple, je dois les refaire et je vous remet tout ça ASAP.

samsung-wave-live-10

Passons enfin au Samsung Apps, alors évidemment, il n’est pas aussi fourni qu’un Apple AppStore ou un Android Market mais il ne demande qu’à être rempli. On retrouve les applications de base comme des applications de news, de météo ou encore de jeux mais c’est encore succinct. Quoique j’ai compté environ 130 applications, ce qui nettement mieux que la dizaine d’OVI Store ou Windows Marketplace à leur lancement. Il ne manque plus que les développeurs, surtout qu’au final, l’expérience utilisateur sous Bada OS est plutôt convaincante. La marque coréenne va devoir convaincre les développeurs de développer « aussi » sur leur plate-forme et le meilleur des moyens restera leur force de frappe au niveau des ventes. Espérons que la marque pourra réitérer le succès de la gamme Player.
Notez que le partage des revenus pour les développeurs, en ce qui concerne les applications payantes, est de 70%-30% comme chez les concurrents sauf que dans ses 30%, Samsung reverserait également une partie aux opérateurs, de quoi les convaincre de vendre du Bada !

samsung-wave-live-24

Pour conclure, Samsung a fait un quasi-sans-faute au niveau hardware et au niveau logiciel, je serai tenté d’être plutôt positif. Si je reste réservé, c’est parce que je me demande s’il y a encore une place pour un nouvel OS alors qu’iOS et Android se tire la bourre laissant les concurrents loin derrière, sans oublier Windows Phone 7 de retour en fin d’année. Si Bada OS était sorti avant l’avènement d’Android, je pense que Samsung aurait eu une carte à jouer. Toujours est-il que si vous recherchez un smartphone pour commencer et pas cher, le Samsung Wave s’impose de lui-même. Je suis impatient de voir la suite.
Une chose est sure, Samsung propose, avec le Wave, un smartphone, un vrai, qui pourra faire quasiment la même chose que les autres smartphones haut de gamme mais à un prix ultra-concurrentiel.