Le beau temps d’Automne de ce week-end se prête merveilleusement pour parler du Printemps que connaît actuellement Microsoft. La Firme de Redmond, qui vient de dévoiler Windows Phone 7, semble remonter ces derniers mois dans l’estime des geeks avec son attitude nouvelle et ses produits enfin à la hauteur. Et l’on en vient alors à se poser la question : « Est-ce cool de rouler en Microsoft ? »

cwe-microsoft

Une phrase tabou, limite insensée, mais qui fait son bout de chemin ces derniers temps. Explications.

…………………………


Note : Je m’excuse. Oui, tout de suite, comme cela c’est fait.
La Chronique est bien en retard cette semaine, mais vous le verrez, c’est pour la bonne cause : je vous prépare un chouette truc pour la Geek’s Live. Maintenant, retour à nos moutons. Enfin à notre mouton noir du paysage geek : Microsoft !

…………………………

//UNE FLOTTE QUI NE COULE PLUS

Cela faisait un bout de temps que j’avais envie de parler de cette petite start-up pleine d’avenir, mais j’attendais une incontournable « entrée actu » comme on dit dans les conférences de rédaction. Et cette entrée, c’est évidemment l’annonce et la sortie imminente de Windows Phone 7, le nouvel OS mobile de la marque qui a déchaîné durant ces derniers mois les avis sceptiques, comme les enthousiastes, pour ceux qui en parlaient. Vu qu’une grande partie des autres s’en fichait assez éperdument, iOS et Android ayant tout balayé sur leur passage selon eux. J’oscillais entre le premier et le troisième groupe.
Et depuis quelques jours, je joue avec un des premiers Windows Phone et je suis enthousiaste. Par le produit lui-même, mais surtout par ce qu’il représente. Je laisse mes experts de voisins de bureau vous préparer un test ultra exhaustif, pour mieux prendre du recul et regarder la dynamique dans laquelle Microsoft se trouve depuis quelques mois.
Car si l’on se penche sur la partie la plus visible des produits Microsoft actuels, force est de constater que c’est du bon, du solide :

  • Windows 7 est considéré comme le symbole de la reprise en main de Microsoft. Cet OS, qui n’est qu’un Vista amélioré, est arrivé au pire de l’époque « Microsoft = Bouse ». Vista, les Red Ring of Death et autres scandales interne. Évidemment, ce projet est le symbole de la difficile passation de pouvoir en Bill Gates et Steve Ballmer. Seven arrive donc assez rapidement et annonce un début de sérénité retrouvée. Le projet est dans les temps, se concentre sur la stabilité et les performances plus que les nouveautés flashy. Et autour, Microsoft se déride : beta ouverte, réactivité sur les retours, tarif préférentiel au pré-lancement… Windows 7 semble couvé par de bonnes fées. Et fonctionne au final, très bien même. J’en suis venu à le préférer à OSX pour sa gestion de fenêtres sans pareil. Après de spectaculaires échecs, Microsoft propose enfin une humble réussite.
  • Le projet Xbox symbolise lui aussi très bien cette métamorphose de la marque. Arrivée en bombant le torse et en jetant des dollars dans les airs comme dans la clip de Rn’B, Microsoft s’est pris des vestes de tous les côtés et a appris l’humilité. Le discours reste conquérant, mais la division Xbox s’est remise en question pour la 360, quand Sony se la jouait super conservateur avec ses PS2 et PS3, dérivées totales de la philosophie PS3. Avec le résultat que l’on connaît : Sony est passé de leader incontesté du jeu vidéo depuis 1994 à celui de challenger. L’offre Microsoft est plus homogène, la console est moins chère, le XBox Live a des années d’avance sur ses concurrents. Rien n’est parfait (pads, fiabilité) mais le projet est homogène, crédible et mature. Pas mal, pour le petit nouveau de l’industrie du jeu vidéo.
  • Zune est un beau gâchis. Beau au sens vraiment chouette. Oui, un chouette gâchis. Tout comme la Xbox, cette division dédiée au média lifestyle, destinée à concurrencer l’iPod, a bien mangé son pain noir lors du lancement chaotique du premier baladeur et du service éponyme. À tel point que l’objectif Europe a été maintes fois repoussé, puis abandonné. Pas de chance pour nous, les derniers Zune sont vraiment la crème du genre. Un hardware de très grande qualité et une interface aussi classieuse que naturelle. Depuis deux ans et personne ne le voit vraiment, Microsoft propose bien mieux que l’iPod sur de nombreux points : Le système de prêt de chansons via Wi Fi était pour moi l’idée la plus ingénieuse pour promouvoir de manière moderne cette industrie et embrasser notre consommation plus sociale de la musique. Mais c’est déjà trop tard, puisque le marché se déplace à toute allure vers les smartphones, encore un marché que Microsoft à abordé avec deux pieds gauches.
  • Tout comme la PSP est censée retranscrire l’expérience Playstation 2 en déplacement, Windows Mobile a longtemps été pensé et vendu comme un mini Windows. Les arguments sont assez simples : on rassure les consommateurs habitués à notre OS ultra monopolistique et crée des ponts hard et soft pour les entreprises devant gérer des flottes de mobiles compatibles avec leurs desktops. Les contre-arguments sont aussi évidents : Windows n’est pas designé pour un téléphone, par exemple. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, car depuis 15 ans, je suis un pro Palm (souvenez vous de la guerre Palm / PPC). Il n’empêche : englués dans l’arrogance et le conservatisme, Microsoft comme Nokia ont totalement laissé passer un marché juteux qu’ils tenaient pourtant seuls. Si la réponse de Nokia (Meego) se fait encore attendre, celle de Microsoft est arrivée. Et fait du bruit. Encore une fois, Microsoft s’est enlevé les oeillères, sorti les trucs du truc et une autre de ses divisions a évolué dans le bon sens.

…………………………

//CHOISIR, NE PLUS SUBIR

Car la plus grande qualité de Windows Mobile 7, après quelques jours de test, c’est d’être audacieux. Bon ou mauvais, ambitieux ou non, cet OS apporte surtout un vrai vent de fraîcheur dans le vocabulaire associé à Microsoft. L’audace, c’est l’innovation. C’est le risque, c’est le(s) choix, la perfectibilité, la confiance en soi, la volonté de se dépasser comme de dépasser les autres. Windows Phone 7 est loin d’être parfait, mais il est hautement audacieux.
Le contraste avec Windows 7 est d’ailleurs là. Le dernier OS pour ordinateurs de Microsoft est très bon, enfin stable, bien fini, mais il est aussi très prévisible et conservateur. Son pendant mobile n’a lui rien à voir. S’il emprunte à différents ADN de la marque, WP7 est un vrai libéro sur le terrain de Redmond. Une rupture totale avec Windows Mobile. Et une grande promesse pour les développements à venir.

9dffe47ad38cbba0acaee539f25e9054fd81cb0c

Microsoft est, à longtemps été et restera longtemps la marque que l’on aime détester. Pour plein de bonnes comme de mauvaises raisons et je vous fais confiance pour en débattre passionnément dans les commentaires. Si beaucoup de grandes structures ont beaucoup de problèmes pour bouger, nous, utilisateurs, avons depuis quelques années un vrai choix d’environnements crédibles là où MS se trouve : Linux, OS X, Windows, Android, iOS, WP7, Open Office, Office, iWork, PS3, 360, Wii etc. La longue excuse du « J’utilise Microsoft parce que je n’ai pas d’alternatives » ne tient plus vraiment et de plus en plus, on peut aujourd’hui choisir Microsoft plus qu’on ne le subit (je ne parle pas des entreprises, mais plus des particuliers).

Ce qui est rigolo pour nous, utilisateurs, c’est ainsi d’utiliser des produits Microsoft avec une certaine fierté, un mélange d’auto-dérision de vraie raison. Je ne crois pas qu’il y ai une autre industrie dans un tel cas.
Cette sensation nouvelle est aussi guidée par la saturation du cas Apple, dont la sur-idolation est en train de se retourner contre elle, même chez ses fans historiques. La marque a prouvé sur ses marchés respectifs qu’elle était tout aussi fermée, dictatoriale et plus généralement, pas cool qu’un autre leader de marché. D’ici à ce qu’Apple devienne la tête de Turc des geeks ? C’est pousser le raisonnement très très loin, mais tout de même : à l’image de la campagne « I’m a Mac / I’m a PC », le plus cool des persos n’était pas forcément celui prévu…

…………………………

//MENU DÉMARRER (UNE NOUVELLE RELATION)

Évidemment, je pourrais aussi vous parler des échecs de Microsoft – et ils sont nombreux : le fabuleux cas Kin, la longue déchéance d’Internet Explorer, les scandales internes, les Tablet PC… Et je répète : oui Microsoft reste un géant sans pitié, non Microsoft n’est pas la meilleure boîte du monde, oui il existe dans chaque domaine des concurrents aussi bons ou meilleurs. Mon point n’est pas ici de faire un comparatif de zizis.
Je constate simplement et avec plaisir qu’après des années de rôle de vilain immense canard (parfaitement incarné par le flippant Steve Ballmer, qui tente lui aussi de calmer son image et son tempérament), Microsoft se bouge : une remise en question, une dynamique qui se dessine et mince, des produits qui tiennent la route ou s’en détournent avec une certaine réussite.

Symbole de cette lente mue, Windows Phone 7. Un OS très beau et léché, structuré autour de choix ergonomiques assez singuliers, peut-être pas les meilleurs, mais clairement plein de potentiel. Je serais aujourd’hui positif en disant que la grande nouveauté, c’est que Microsoft est dans le rôle du trublion et que les habits lui vont plutôt bien.
Apple, Google, Linux et consorts, prenez garde : un nouveau challenger vient de débarquer, il est plutôt cool et il est déjà gigantesque.

cwe-microsoft2
(note : Ceci est le vrai bureau de Steve Ballmer…)

…………………………

“Les Chroniques du Week End sont des réflexions de Lâm Hua sur la culture et l’industrie geek. Elles engagent les opinions de leur auteur et pas nécessairement celles de l’ensemble de la rédaction du JDG.