Il n’y a pas de sot « métier » : la preuve avec Kevin Lee, étudiant à l’université de George Mason, qui a récemment avoué au Washington Post amasser près de 50 000$ à l’année en jailbreakant des iPhone.

Ainsi, le jeune homme, qui aurait commencé à « rendre leur liberté » aux mobiles d’Apple (notez qu’il fait également dans l’iPod touch) de ses amis et connaissances dans un premier temps a rapidement vu les demandes (et les billets verts) affluer. Au point qu’il indique maintenant jailbreaker entre 30 et 40 terminaux par semaine. Tiens donc. Ca me rappellerait presque l’époque où ces types arrivaient à se payer des jantes neuves (entre autre) en vendant des CD gravés à prix d’or…