Ca y est, le keynote est désormais terminé, c’est le moment de faire le point sur les annonces.

Apple avait annoncé axer ce keynote sur le software et le moins qu’on puisse dire, c’est que la firme a tenu parole. Tellement que l’upgrade hardware attendue pour l’iPhone a fait long feu, elle.

Place maintenant aux nouveautés pour chacun des trois grands sujets abordés (Mac OS, iOS et iCloud) durant la présentation et on se revoit en bas pour l’indispensable avis du JDM.

Je vous conseille d’avoir une molette de rechange pour votre souris ou d’utiliser les doigts de quelqu’un d’autre si vous avez un trackpad.

///LION:

Les principales features de Lion avaient déjà été dévoilées donc plus que de la nouveauté, ça n’a pas empêché Apple de dire qu’il y’avait pas moins de 250 nouveautés dans Lion, même s’il s’agissait avant tout de se focaliser sur la convergence entre Mac OS et iOS.

A ce titre, et après la désormais classique phase de stats et d’autocongratulation, Phil Schiller est rentré dans le vif du sujet en tuant la barre de défilement (ou scrollbar pour ceux ayant fait du latin). Carrément.

Le défilement étant désormais lié à la roulette de défilement ou à un geste multitouch qu’on effectue depuis quelques années, à quoi bon garder la barre idoine ? S’pas faux.

Full Screen Apps, la fonctionnalité qui a déjà fait grincer des dents en octobre (nous au JDM on préfère le terme de « mono écran »), était de la partie. C’est beau, certes, mais reste à voir si en utilisation courante cette fonctionnalité sera réellement exploitable.

Mission Control, la version revue et corrigée d’Exposé était également là, avec la prise en charge des gestes multitouch déjà croisés sur iOS (tap, double tap, pinch, swipe, scroll, etc…) pour naviguer entre les différentes apps ouvertes.

Launchpad, le Springboard de Mac OS a aussi été revu, sans grande nouveauté marquante, il a finalement surtout servi de transition pour Resume, le système de sauvegarde implémenté dans tout l’OS.

Resume
Cette fonctionnalité gère la sauvegarde automatique (Auto Save) de toute application ouverte dans l’OS, si vous quittez brutalement l’application, vous retrouverez à la prochaine ouverture dans l’état exact dans lequel vous l’aviez laissé, l’exemple était avec un document Pages qui montrait à la réouverture les différentes barres d’outils ouvertes et le texte encore surligné par le curseur.

Resume gère aussi l’historisation des documents; imaginez un Time Machine où à la place des sauvegardes système, vous visualisez votre document et toutes les modifications apportées depuis sa création. Carrément bluffant et en passe de devenir indispensable en très peu de temps.

AirDrop
Dans la droite lignée de Zeroconf/Bonjour qui permet à des appareils compatibles de s’auto-découvrir sur le réseau sans avoir à paramétrer quoique ça soit, AirDrop se propose de faciliter l’échange de fichiers entre plusieurs machines sur un même réseau.

Très sympa même si le partage du dossier public était déjà pas trop mal.

Mail
Le client mail natif se refait une beauté en s’inspirant assez fortement de Sparrow.

Sinon les habitués à Gmail reconnaîtront des fonctionnalités qui font plaisir comme les filtres évolués, le classement par conversation, et autres sucreries bienvenues.

Voila, Mac OS Lion sera disponible en juillet, exclusivement depuis le Mac App Store (4 Go) pour un tarif d’environ 24 EUR pour nous autres.

///iOS 5:

Indéniablement LE sujet du jour, celui qui cristallisait le plus d’attente de la part des utilisateurs: qu’allait bien pouvoir faire Apple pour remettre l’église au milieu du village ?

Notification Center
Chez Apple ils nous écoutent nous, au JDM. La preuve, ils ont intégré les notifications que nous appelions de nos voeux.

Notification Center est donc l’endroit qui centralise toutes les notifs émises par les apps, en lieu et place du badge et du pop-up tout pourri auxquels nous sommes habitués. Il était temps.

Cette fonctionnalité est accessible par un swipe depuis le haut de l’écran vers le bas, mouvement jamais vu ailleurs à part dans la quasi-totalité des OS mobiles :-)

Mais ce n’est pas tout, comme Apple s’est dit que ça serait trop dommage d’implémenter des widgets sur iOS, ils ont décidé d’utiliser l’espace gâché de l’écran de verrouillage pour y afficher des notifs en tout genre:

Alors les notifs, on sait tous que ça peut devenir un joyeux bordel assez rapidement, aussi gageons qu’Apple propose une gestion fine de ce qui est notifiable ou pas pour éviter de transformer votre Lock Screen en marché aux puces de Montreuil.

Newsstand
Là encore, Apple prouve qu’elle suit mon compte Twitter de près puisque la firme annonce une solution à un souci qui me turlupinait: Newsstand se propose de jouer les kiosques presse pour centraliser toutes les revues installées sur votre iDevice.

Ainsi, pas besoin d’aller checker vos 122 apps individuelles pour la presse, tout est dispo au même endroit.

Bon à dire vrai, moi je demandais la même chose pour les apps de vente de livres (Kindle, Kobo et consorts) mais vu qu’Apple est présente sur le marché avec iBooks, je pense pouvoir me la caler sur l’oreille de manière certaine.

Néanmoins ne cachons pas notre joie: Newsstand, c’est une bonne idée.

Twitter
Comme évoqué dans un billet précédent, Twitter est bien intégré en profondeur dans iOS 5: l’inscription se fait dans les réglages et le lien vers le réseau social rejoint le classique export par mail dans toutes les apps maison.

Pas de surprises, donc.

Safari
Côté navigateur, le mode Reader déjà croisé sur la version de bureau s’invite aussi sur iPad et permet, comme son aîné, de jouer sur la mise en forme d’une page web pour faciliter la lecture « conventionnelle ».

Nouveauté en revanche, Reading List qui permet de stocker les pages pour les lire plus tard, à la manière d’Instatpaper.

La navigation par onglet fait enfin son apparition, WOOHOO !

Reminders

Reminders est un système de pense-bêtes gérés comme des post-it à ka différence que ceux-ci ne risquent pas de se décoller et permettent une synchro iCal.

Je connais des devs iOS qui doivent transpirer un peu, là.

Appareil Photo

L’un des points forts de l’iPhone 4 reçoit quelques améliorations.

Le bouton Volume devient déclencheur, bien plus pratique pour prendre des photos des filles à l’arrache et../

Un mode AE/AF fait son apparition, tout comme le zoom par pincement et l’édition light des clichés pris.

Mail
Comme prévu, Mail reçoit aussi des améliorations pour le remettre à niveau comme le contrôle de l’indentation, l’édition en texte enrichi (alléluia), le marquage des messages, le glisser/déposer des adresses, la recherche étendue au corps du message, le support de S/MIME pour les paranos et l’apparition d’un dictionnaire intégré à iOS et utilisable par toutes les apps.

A noter aussi que sur iPad, un clavier séparable en deux parties fait son apparition pour faciliter la tape à deux pouces pour les gens avec des mains de nains.

PC Free

L’annonce qui fait plaisir pour iOS, la mise au rebut des cables de synchronisation. Il était plus que temps sachant qu’iOS était le seul OS mobile qui forçait à brancher l’appareil à un Mac ou PC pour l’activer lors de la première utilisation.

Au programme donc, fin de l’activation au premier boot, mises à jour incrémentales d’iOS Over The Air, mises à jour automatique des apps comme évoqué ICI mais aussi…

… La synchro sans fil avec iTunes. YES.

Game Center
Le réseau social gaming d’iOS arrive à maturité en proposant des améliorations au niveau de l’exploration du service (découverte des amis d’amis, téléchargement des jeux depuis l’app), l’équivalent des Gamer Points de Microsoft fait son apparition sous forme des Achievements Points et le multijoueur prend en charge les jeux de plateau au tour par tour.

iMessage
La réponse d’Apple au célèbre Blackberry Messenger mis en place par RIM. Le service permet à tous les utilisateurs iOS de s’envoyer gratuitement des messages via Wi-Fi/3G. Et comme c’est cross-device, vous pouvez initier une conversation sur iPhone et continuer sur iPad de manière transparente.

Le service permet l’envoi de texte mais aussi de photos, vidéos et contacts ainsi que les groupes de discussion.

Vu le succès rencontré par BBM, on peut parier sans trop de risque qu’iMessage va casser la baraque.

Voila, pour iOS, Apple a juste présenté une dizaine de nouveautés sur les 200+ que compte iOS 5 (comme le mirroring vidéo via AirPlay, l’amélioration de la vidéo FaceTime, la mise à jour horaire de la météo, les routes alternatives dans Maps, ou une refonte de l’app iPod de l’iPad)

iOS 5 sera compatible avec les iPhone 3GS et iPhone 4, iPad 1 et 2 ainsi que les iPod touch 3G et 4G. Mise à dispo cet automne (donc en novembre, connaissant Apple) :-)

Enfin le keynote s’est achevé sur l’arlésienne qui a fait couler beaucoup d’e-ink ces derniers mois:

///iCloud:

iCloud est articulé autour de 4 grands piliers et 9 applications distinctes:

MobileMe pour la partie PIM (Personal Information Manager) comme les mails, contacts ou calendriers.

Documents in the Cloud pour la synchro bureautique (suite iWork dans un premier temps mais l’API va être livrée aux developpeurs tiers)

Photostream pour la partie synchro photo

Pour éviter d’engroger la mémoire, seuls les 1000 derniers clichés seront sauvegardés dans Photostream et pour une durée de 30 jours. Pour conserver un ou plusieurs clichés définitivement, il suffira de le ou les mettre dans un album depuis iOS, iPhoto sur Mac OS ou le dossier Images de Windows.

et iTunes in the Cloud pour la synchro des achats de musique, apps, livres entre tous les appareils d’une même personne.

Apple offre en outre 5 Go de stockage pour les mails gratuitement.

Associé à iTunes in the Cloud, iTunes Match (25$ / an) permet de synchroniser sa bibliothèque iTunes avec iCloud. Mais à la différence de Google ou Amazon, pas besoin d’uploader l’intégralité: les titres en notre possession qui sont également présents au catalogue iTunes seront directement pris depuis l’iTunes Store pour éviter des uploads monumentaux.

La question qui reste à savoir c’est: « Pour en faire quoi ? »

///L’avis -upgradé- du JDM:

Nous au JDM pensons qu’avec ce keynote, l’un des plus importants depuis longtemps, Apple a vraiment répondu à la grande majorité des interrogations des utilisateurs et développeurs du milieu. Si nous sommes encore dubitatifs quant à l’attrait réel de Lion, les ajouts comme la sauvegarde incrémentale automatique (et simple) de tous les documents semblent destinés à devenir des standards de l’informatique que tout OS devra intégrer dans un avenir très proche.

La réflexion que nous nous faisions avec Lâm, Anh et Greg (quand il ne trollait pas comme un petit fripon), c’était cette apparente volonté d’Apple de désacraliser ce qui a pourtant fait son succès et sa différence, à savoir l’ordinateur personnel et par la même occasion, Mac OS.

Avec iCloud et iOS 5, on se rend compte que le Mac au lieu de rester la pierre angulaire de l’éco-système n’en devient qu’un élément, un outil parmi d’autres, aux côtés de l’iPhone, l’iPad et l’iPod touch. Evidemment, son existence n’est pas remise en question, ne serait-ce que pour la base installée à laquelle Apple ne peut tourner le dos du jour au lendemain, mais sa place, elle, est en train de changer et pas forcément en mal.

iOS 5 quant à lui intègre toutes les évolutions que ses détracteurs lui reprochaient de ne pas avoir, à l’exception, il est vrai, des widgets. Mais il est clair que sur ce coup Apple a écouté et regardé ce qui se faisait autour dans ce secteur ultraconccurentiel et ça n’est pas plus mal.
Evidemment, en y regardant de plus près, iOS 5 emprunte à Android, Web OS ou QNX mais dans le cas présent, c’est sur des pans du système qui faisaient réellement cruellement défaut et que les OS concurrents ont brillamment implémenté.

Cette version d’iOS avec tous ces ajouts adossée à l’offre gratuite iCloud va faire rentrer l’utilisation de la sauvegarde sur le web chez le -très- grand public, chose que de très bonnes solutions également gratuites comme Dropbox ne sont pas parvenu à faire pour l’instant.

D’ici 1 à 2 ans, ça ne choquera plus votre oncle de prendre une photo avec son mobile et de la retoucher sur son ordinateur sans avoir transféré aucun fichier par une synchro manuelle.

Le cas iTunes Match lui s’adresse clairement à une clientèle plus pointue dans ses besoins et si maintenant on sait ce qu’il est advenu de Lala, il faut bien avouer que pour l’instant l’utilité d’un tel service reste à voir.

S’il ne fait aucun doute que la bibliothèque synchronisée apparaitra dans le client iTunes Mac et PC, la question de savoir si cette bibliothèque sera également accessible sur iOS en écoute (et non en téléchargement uniquement).

Et surtout, quid du reste du catalogue de 18 M de titres ? Suite à ce keynote, on a vu qu’Apple enlevait le pain de la bouche de bien des startups et petits devs comme Sparrow ou Instatpaper, mais curieusement Spotify et Deezer pour qui tout le monde s’accordait à dire que la fin était proche ne sont pas menacés par iCloud et iTunes Match.

Pour combien de temps ?

Photos courtesy of Engadget