Ne vous réjouissez pas trop vite, et ceci, pour deux raisons. Non les Anonymous n’ont pas (encore) récolté suffisamment de fonds pour développer et envoyer en orbite leur propre canon à ions. Le LOIC pour Low Orbit Ion Canon (Canon à ions en orbite basse) est en fait un dispositif dont le principe est d’asservir la machine cible afin d’en faire un robot qui va surcharger en requêtes le serveur cible.

Vous avez bien compris, les Anonymous (par le biais de leur Twitter dernièrement en réponse à la fermeture de MegaUpload) entre autres, envoient des liens à la communauté afin de convertir les ordinateurs des utilisateurs en véritables Botnet qui enverront de manière autonome de simples, mais dévastatrices attaques DDoS aux visés par les foudres du collectif d’hacktivistes.

Le LOIC fera donc générer à votre ordinateur des requêtes TCP, UDP et HTTP qui, si elles ne sont pas très graves pour un serveur à l’échelle d’un utilisateur (les serveurs pouvant bloquer l’adresse IP dès que ce type d’activité est détecté), les choses se gâtent très vite lorsqu’il s’agit de centaines de milliers d’ordinateurs qui envoient des centaines de milliers de requêtes en même temps vers le même serveur.

Ce type d’attaques est l’une des plus basiques et des plus pratiquées par les hackers et autres « script kiddies » afin de non seulement faire tomber un serveur, mais aussi de prendre le contrôle de ce dernier et de s’y introduire.

En définitive, en cliquant sur les liens d’Anonymous, les utilisateurs participent à leur insu (ou en pleine connaissance de cause) à des attaques envers les différents sites cibles des Hacktivistes.

Rappelons que quelles que soient les convictions des internautes, ce type d’attaque est illégal et puni par la loi d’une majorité de pays (sauf la Chine entre autres).

Toutes nos excuses à nos lecteurs nommés Loïc.