Demain, aura lieu une nouvelle fois en France une manifestation contre ACTA (Accord commercial anti-contrefaçon) dont nous entendons beaucoup parler actuellement. Afin de sensibiliser les Internautes et éventuellement d’éclairer certains membres de Journal du Geek, nous avons interrogé un membre actif du groupe Anonymous à Metz, qui répond à nos questions concernant ACTA.


Pourrais-tu te présenter aux membres et nous expliquer pourquoi cette démarche?

Les réponses à ces questions ont été rédigées avec les membres actifs du groupe « Anonymous Metz », il est donc difficile de présenter une personne en particulier. Nous avons parmi nos membres des personnes très différentes, qui ont une manière bien personnelle d’utiliser Internet et les nouvelles technologies. La seule chose qui nous caractérise tous est notre envie de garder l’Internet libre et de ne pas brider un outil de communication formidable.

Nous avons démarché plusieurs blogs et magasines influents sur le Net afin de sensibiliser un maximum de personnes. Les nombreux articles traités à ce sujet par le JDG nous ont confortés dans l’idée que c’était une tribune qui nous accorderait le droit de parole que beaucoup de médias nous refusent.

Comment percevez-vous ACTA et quel est le réel danger pour les Internautes si le traité entre en vigueur ?

Selon nous, ACTA est avant tout un traité mis en place afin de protéger les portes-feuilles des industries du divertissement. Le simple fait qu’ACTA ait été négocié en secret pendant près de 3 ans, prouve que ce texte n’est pas là pour protéger les citoyens, mais pour restreindre leurs libertés. Le danger pour les Internautes, outre la perte du droit à la vie privée (au profit de la surveillance de nos communications) est bien entendu le musellement de notre liberté d’expression. Avec ACTA, les ayants droit seront en mesure d’obliger FAI et hébergeurs à mettre en place une censure sur le contenu mis en ligne par leurs clients, sans avoir besoin d’en référer à une autorité judiciaire.

De plus, ACTA par son application et le côté flou de sa définition des droits d’auteurs, permettrait aussi aux grandes entreprises pharmaceutiques de ralentir, voir de bloquer la diffusion de médicaments génériques qui passeraient pour des produits de contrefaçon. Dans certains pays qui n’ont ni le niveau de vie, ni la couverture sociale que nous avons en France, ce serait un véritable danger.

Quels conseils pourriez-vous donner aux internautes souhaitant se mobiliser contre ACTA ?

Premièrement s’informer. Si les médias n’en parlent quasiment pas ou à demi-mots, de nombreuses organisations et sites, comme la Quadrature du Net, ont des dossiers très complets à ce sujet et nous encourageons un maximum de personnes à les parcourir. Il faut également qu’un maximum de personnes participe aux manifestations. Beaucoup pensent que les opposants à l’ACTA sont pour la plupart, enfermés chez eux devant leurs PCs, mais il y a un vrai mouvement qui se construit et il faut faire entendre nos voix. Le 25 février, nous espérons voir le chiffre des manifestants grossir encore, si de plus en plus de personnes se mobilisent et font connaître leurs réticences, le gouvernement ne pourra qu’en tenir compte.

Qu’est-ce que le gouvernement devrait mettre en place afin de protéger au mieux la liberté des Internautes et les droits d’auteurs ?

La licence globale semble être le meilleur moyen pour concilier le partage de la culture sur le net et la rémunération des créateurs. Mais le problème actuel est surtout dû à la distribution de ces œuvres. Actuellement elle est maîtrisée par un petit groupe de sociétés qui sont les seuls à avoir les capacités de la distribuer à grande échelle. Mais ce n’est plus vrai, avec des technologies comme le peer-to-peer, la distribution mondiale d’une œuvre n’est plus restreinte par les moyens financiers, mais par la popularité de l’œuvre en question. L’industrie du cinéma, de la musique, même des jeux vidéos n’est plus la même qu’il y a dix ans, et tant que cela ne sera pas pris en compte par Universal et compagnie, elle ne pourra jamais évoluer.

Quels sont vos autres combats actuellement ?

Actuellement, nous nous concentrons sur la lutte contre ACTA (beaucoup nous on rejoint ou on réagit suite à la fermeture de MegaUpload). Mais lorsque ce traité aura été abandonné, il ne fait aucun doute que les majors contre-attaquerons avec un texte légèrement moins répressif, mais toujours liberticide, jusqu’à ce qu’ils arrivent à bout de la motivation de leurs opposants.
C’est pour cela que nous essayons de pousser les gens à aller chercher l’information là ou elle se trouve, plutôt que de l’attendre, pré-mâché par les médias. Beaucoup de nos membres sont engagés depuis longtemps dans la lutte contre HADOPI et suivent de très près les débats autour de lois comme SOPA ou PIPA, même si elles ne concernent pas directement la France.

Quelques Informations pratiques :
Le site stoppacta-protest.info regroupe toutes les informations nécessaires pour savoir où se rendre et qui contacter pour plus d’informations.
http://wiki.stoppacta-protest.info/FR:Overview_Demos
http://wiki.stoppacta-protest.info/FR:Overview_Demos2

Vous pouvez également nous (re)joindre, pour les Mosellans à ces adresses :
Page Facebook : https://www.facebook.com/groups/348917031808007/
Forum : http://anonymous-metz.bestboardpro.com/index.php
Mail : anonymous.metz@gmail.com