Selon le Wall Street Journal, Google s’apprêterait à vendre sa/ses tablettes par ses propres moyens sur internet. Cette rumeur a de fortes chances de se révéler exacte, car ce n’est pas la première fois que Google propose des terminaux à la vente sans passer par les distributeurs classiques.


Des signes qui ne trompent pas

En effet lorsque la firme américaine avait proposé son premier téléphone en partenariat avec HTC, le Nexus One, celui-ci était proposé directement à la vente sur une page web du géant américain. Mais les ventes de ce dernier n’avaient pas décollé à l’époque et Google s’était résigné à abandonner l’idée. Aujourd’hui pour son dernier modèle, le Galaxy Nexus construit par Samsung, la firme se contente juste de proposer une page web qui recense les différents distributeurs de son terminal.

Mais cet abandon pour le secteur des smartphones est sans doute lié au succès de ces derniers, en effet Google n’a pas eu besoin de promouvoir ses terminaux, les concurrents ont eu beaucoup de succès avec les téléphones Android. Ce n’est pas le cas avec les tablettes qui sont pour l’instant bien en dessous en termes de ventes par rapport à l’iPad. Peut-être qu’un coup de boost de Google dans ce secteur en proposant une tablette au rapport qualité-prix intéressant pourrait changer la donne.

Des caractéristiques de milieu de gamme à un prix défiant toute concurrence ?

Pour rappel la supposée tablette de Google serait construite par Asus avec un tarif situé entre 150 et 200 dollars ce qui serait très agressif par rapport à tous les constructeurs actuels. Au niveau des caractéristiques on s’attend à un écran de 7 pouces, et non pas un processeur Tegra 3, comme les rumeurs le laissaient penser au départ, mais un processeur moins cher, probablement double coeur (TI OMAP ? Qualcomm ? Samsung ?). Au niveau du système, il ne serait pas étonnant de retrouver la prochaine version d’Android, aka Jelly Bean surement dévoilée au Google I/O en juin.

 

Asus ne serait pas seule dans la course

Le Wall Street Journal rapporte également que d’autres tablettes construites par différents constructeurs pourraient être proposées par Google. Cela fait sens, quand on sait que le géant américain n’a jamais privilégié un seul constructeur, il a déjà utilisé par le passé HTC ou Samsung, donc ce ne serait pas étonnant que Google en face de même pour les tablettes. N’oublions pas non plus Motorola qui a été récemment racheté par Google et qui pourrait très bien concevoir ces tablettes, même si les concurrents verraient surement cela d’un mauvais oeil, car cela pourrait être vu comme de la concurrence déloyale.

Google n’a encore rien annoncé officiellement, mais cette tablette est attendue pour le mois de mai soit un peu avant le Google I/O, une conférence dédiée aux développeurs. La firme qui a su s’imposer dans la téléphonie espère donc en faire autant pour le secteur des tablettes, qui est pour l’instant dominé par Apple et l’iPad. Mais en signant elle même des tablettes Android, il ne faudrait pas qu’elle froisse certains constructeurs délaissés qui pourraient abandonner Android s’ils n’obtiennent pas de partenariat convainquant.