Les premiers acquéreurs du µPC de la fondation Raspberry vont devoir prendre leur mal en patience encore un moment. Après avoir été touché par un défaut de fabrication, le Raspberry Pi devra passer par la case certification CE.

Quand un produit fini pose problème.

L’équipe en charge du projet avait initialement pensé que cette demande de certification n’était pas nécessaire, se reposant sur le fait que le Raspberry ne peut être considéré comme un « produit fini », à l’image du Beagleboard, un µPC similaire.

Malheureusement, la commission européenne considère qu’au vu des volumes de ventes et du champ large d’utilisateurs susceptibles d’utiliser le Raspberry Pi, ce dernier ne tombe pas sous la réglementation particulière des produits non finis.

2000 unités en attente de certification

La fondation travaille actuellement avec ses revendeurs afin de faire certifier les 2000 premiers modèles a avoir atteint le territoire britannique avant distribution. Selon Liz, responsable communication de la fondation, la certification d’émission d’ondes de catégorie A ne devrait poser aucun problème. Sans modifications nécessaires, il s’agirait d’une question de temps avant que les premiers modèles n’arborent la fameuse étiquette « CE ». En ce qui concerne la catégorie B, le Raspberry Pi devrait tout juste répondre aux critères même si pour l’heure rien n’est acquis.

Les premiers modèles devraient ensuite être distribués en priorité dans les pays où le Raspberry Pi est certifié conforme. Il suffit qu’une des certifications sur les deux soit obtenue pour que les revendeurs soit habilités à distribuer le produit.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction