La valse des mauvaises nouvelles continue pour RIM, hier la société a fait quelques annonces qui n’augurent rien de bon quant à la santé de l’entreprise.

RIM a beaucoup souffert de l’arrivée sur le marché d’iOS et d’Android, elle n’a pas su s’imposer dans le secteur des smartphones grand public et les entreprises commencent à délaisser les BlackBerry au profit des autres systèmes plus populaires. La marque n’a d’ailleurs fait aucune annonce en février dernier lors du Mobile World Congress, c’est fort regrettable quand on sait que tous les constructeurs ont annoncé quelque chose dans le domaine de la mobilité.

Mais la marque canadienne compte bien rebondir et suite à la démission des deux PDG de l’entreprise en janvier dernier, Jim Balsillie et Mike Lazaridis, il était clair qu’un revirement stratégique allait s’opérer. Les deux PDG se sont tout d’abord fait remplacer par Thorsten Heins et Barbara Stymiest. Bien sûr ce n’est pas en deux mois que ces changements vont permettre d’améliorer la compétitivité de l’entreprise, mais nous devons tout de même relater les résultats financiers et les changements stratégiques qui vont être opérés à la suite de ces remplacements au sein de la direction.

Ainsi RIM a dévoilé hier ses résultats financiers et quelques changements à venir. Pour le 4ème trimestre fiscal de 2012 les revenus de la société s’élèvent à 4.2 milliards de dollars soit une baisse de 19% par rapport au trimestre précédent et de 25 % si on le compare au même trimestre de l’année dernière. Durant ce trimestre RIM déclare avoir vendu 11.1 millions de BlackBerry et 500 000 tablettes PlayBook. Pour faire face à ces contre-performances, la société a déclaré vouloir augmenter ses partenariats et n’exclut pas la possibilité de licencier son futur système BlackBerry OS 10. La firme évoque également la possibilité de faire une joint-venture, à la manière de ce qui se faisait entre Sony et Ericsson dans la conception des smartphones même si ce partenariat est révolu aujourd’hui.

Au-delà de ces réorganisations stratégiques, la firme a également effectué des changements au niveau de sa direction pour mieux affronter le futur. Ainsi David Yach, le directeur technique et Jim Rowan le directeur général des opérations ont donc été remerciés. La compagnie est toujours à la recherche de remplaçants pour ces deux postes à l’heure actuelle.

Il n’y a plus qu’à espérer que ces changements puissent permettre à la société de redevenir l’acteur majeur qu’elle était au sein des constructeurs de smartphones. Le nouveau cap annoncé par Thorsten Heins, promu récemment PDG de l’entreprise est donc de s’ouvrir vers les autres avec une licence probable du système d’exploitation BlackBerry et d’éventuels partenariats.