43 ans après les premiers pas de l’Homme sur la Lune, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon (un habitué des défis scientifiques) a annoncé mercredi dernier que son équipe de chercheurs aurait retrouvé le moteur F-1 d’Apollo 11. Des propos aussitôt mis en doute par le Time Magazine.

Pour rappel, c’est le 16 juillet 1969 que le module lunaire Apollo fût lancé par la fusée Saturne V dotée de 5 moteurs. Ceux-ci devaient être en mesure de faire décoller un engin de plus de 110 mètres de long en seulement 165 secondes à l’aide de 2,7 tonnes de carburant pour ensuite sombrer jusqu’à la fin des temps dans les eaux profondes de l’Atlantique.

Bien qu’en 1999, Discovery Channel ait financé le repêchage des capsules du projet Mercury grâce auxquelles les premiers Américains ont été envoyés dans l’espace, l’engouement autour d’Apollo 11 reste sans pareil.

Équipé d’un sonar capable de fonctionner en eau profonde, Jeff Bezos et son équipe affirment avoir découvert le moteur F-1 dont l’eau salée (nocive pour les métaux) rendra l’identification particulièrement difficile et dont l’identité est pour le moment mise en doute.

En effet, entre 1967 et 1973, 13 fusées Saturne ayant suivi la même trajectoire ont été lancées, il se pourrait donc que le moteur découvert ne provienne non pas d’Apollo 11 mais bien de l’une de ces fusées.

Quoi qu’il en soit Lisa Malone du Centre spatial Kennedy explique que « les règles concernant les appareils de la Nasa dans l’océan sont les mêmes que pour les autres épaves ». Ainsi puisque la Nasa n’a pas souhaité récupérer ses moteurs depuis leur lancement, Jeff Bezos et son équipe en deviendront officiellement propriétaire.

source img
source img