L’information n’aura échappée à personne, et encore moins à ceux qui n’utilisent pas l’application : Instagram a fait ses premiers pas sur Android et en l’espace de 24 heures, il aura été téléchargé plus d’un million de fois.

Si l’éditeur d’Instagram peut se féliciter d’un tel succès, il faut dire que la communication autour de son arrivée avait très bien été menée, les utilisateurs eux ne sont pas du même avis. Petit aperçu donc des différentes réactions sur Twitter en ce vendredi matin.

Le Fanboy pas fair-play :

Il suffit de suivre le hashtag #Instragram pour qu’en quelques minutes, pullulent des déclarations aussi brèves qu’inspirées d’utilisateurs du service depuis sa création (ou pas d’ailleurs). Le fanboy pas fair-play ne supporte concrètement pas qu’un profane en vienne à utiliser un service dont il avait jusqu’alors la primeur. Sentant l’exclusivité menacée, il n’hésite donc pas à rappeler aux nouveaux venus l’antériorité de sa propre version tout en soulignant l’arrivisme dont l’utilisateur Android fais preuve.

L’Anti-Android :

Ayant fait de la pseudo-guerre Android/iOS une véritable façon de vivre, l’Anti-Android ne ratera pas une occasion de rappeler que le seul but des utilisateurs d’Instragam sur Android est bien de « stalker » les comptes iOS afin d’exposer au monde entier leurs photos les plus embarassantes. En effet, l’Anti-Android ne peut pas imaginer une seconde que les utilisateurs Android ont également une vie, et partagent peut être même la même passion pour la prise de photos excessivement saturées ou en faible résolution.

Le photographe désabusé :

Bien connu des utilisateurs Instagram de la première heure, le photographe désabusé n’aura de cesse de pester contre les photos présentes sur le réseau social aux 30 millions d’utilisateurs. Déjà en guerre contre les personnes prenant la moindre photo avec un smartphone, ses poils s’hérissent qu’on puisse apprécier des photos maltraitées avec des filtres aux réglages minimalistes. Prendre un Oreo en photo et lui appliquer un effet retro n’a strictement aucune valeur artistique.

Le laissé pour compte :

LE grand absent de tout ce « ramdam », le laissé pour compte aurait très bien pu s’affranchir des éventuels comportements que nous avons pu constater depuis le début de cet article or il n’en est rien. Il souhaite malgré tout faire partie de la communauté, avec ses bons et ses mauvais côtés et se battra bec et ongles pour y parvenir. Délaissé des développeurs d’Instragam, il cherchera un équivalent, un ersatz alors même que le principe même d’Instragram n’est pas tant dans les filtres (de nombreuses applications en possèdent, de meilleure facture parfois) que dans sa communauté.

Le réaliste :

Mon préféré, le réaliste (j’aurais pu dire pacifiste mais ce serait condescendant) n’a que faire des débats stériles sur telle ou telle plateforme, il a conscience que les talents ne sont pas dans l’appareil mais bien chez le photographe (qu’il soit en herbe ou pas, cette remarque s’applique également au monde du Reflex). iOS ou Android, il sait apprécier le travail et la créativité derrière chaque clichés et au lieu de systématiquement chercher à savoir à partir de quel appareil telle photo a été prise il remarque l’attention aux détails par exemple.

Monsieur tout le monde :

Instagram, c’est certes 30 millions d’utilisateurs, mais c’est aussi un nombre bien plus grand de personnes qui n’ont absolument pas entendu parler du phénomène. Et c’est véritablement en se mettant à la place de ces personnes qu’on se rends compte de la stérilité des débats qui opposent désormais deux communautés : iOS d’un côté et Android de l’autre. Pour Monsieur tout le monde il est incompréhensible qu’on arrive à se chamailler vainement pour une « application ». Possesseur ou non d’un smartphone équipé d’un bon appareil photo, il lui reste encore un peu de temps avant de se retrouver entouré de proches répondants aux catégories précédemment citées. Courage Monsieur tout le monde, nous sommes de tout coeur avec toi.

Et en bonus…

Et puisque l’humour aura toujours sa place même en ces temps sombres, nous avons la bonne tranche de rigolade du Vendredi :

Legen dary…