Nous vous avions relayé hier l’information selon laquelle HTC s’était vu attribuer un brevet déposé en 2008 sur l’utilisation d’informations biométriques (visage, empreintes digitales etc..) afin d’interagir avec un appareil électronique. C’est au tour d’Apple de faire parler de lui avec un brevet validé cette semaine concernant la reconnaissance faciale.

Même si ces deux nouvelles successives n’indiquent en rien une tendance à venir, il est cependant intéressant de noter que là où le brevet d’HTC reste relativement vague sur l’étendue des applications éventuelles d’une telle technologie, Apple va plus loin : l’utilisateur pourra interagir avec son terminal simplement en ayant été détecté par la caméra frontale de ce dernier.

Si le visage de l’être humain est correctement détecté par l’utilisateur, une activité sur l’appareil pourra se retrouver modifiée afin de répondre à la reconnaissance faciale. La modification pourra se traduire par des actions prédeterminées telles que l’ouverture d’un e-mail, de textes courts (SMS) ainsi de suite.

Le brevet en question couvre également un autre aspect de la reconnaissance faciale, l’appareil pourrait en effet incliner les informations affichées à l’écran en fonction de l’angle d’inclinaison de la tête de l’utilisateur. Parmi les applications possibles, on pense à l’effet 3D déjà disponible sur les terminaux iOS jailbreakés et qui permet de faire usage du gyroscope intégré pour produire un effet de profondeur sur l’écran d’accueil.


Déposé en septembre 2010, ce n’est pas le premier brevet de Cupertino en matière de reconnaissance faciale. Pour la seule année 2010, Apple a ainsi déposé deux brevets portants sur cette technologie, le second est encore plus étrange puisqu’il porte tout simplement sur… le Face Unlock en lui-même.

Bien que Google n’ait apporté cette fonctionnalité sur Android que l’an dernier, il en possède une expertise et non des moindres. La société PittPatt qui travaillai depuis 2004 sur la reconnaissance faciale sur des appareils autres que mobiles a été rachetée par…

Goo.. non en fait c'est assez clair

A ce jour, on s’aperçoit que l’USPTO, l’organe en charge de valider les brevets aux Etats Unis a ainsi validé au minimum 4 brevets (deux pour Apple, un pour HTC, et l’on imagine un pour Google) portant fondamentalement sur la même technologie. De là à dire que le système en lui même montre ses limites il n’y a qu’un pas.