Si le candidat sortant aux présidentielles n’avait pas été suffisamment clair quant à sa position sur la défense des droits d’auteur et la lutte contre le piratage, il a tenu a réitérer ses positions sur la question.

Lors d’un déjeuner de travail avec des membres de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques), Nicolas Sarkozy n’a pas manqué de souligner aux intéressés que la défense des droits d’auteur sur l’Internet reste l’une de ses priorités actuelles et on l’imagine à venir.

Je lutterais sans concessions pour la défense du droit d’auteur et contre le piratage des oeuvres sous toutes ses formes, au plan national et international

Outre le spectre large que couvre cette déclaration, englobant indistinctement Peer to Peer, newsgroups ou encore le téléchargement direct, elle annonce aussi une collaboration forte des autorités nationales à l’effort de guerre mondial de lutte anti-piratage initié principalement par les Etats-Unis.

Enfin, cette déclaration est à mettre en perspective avec la lettre ouverte du candidat aux français, lettre dans laquelle s’apprécient des amalgames tendancieux entre utilisation de l’Internet et… disons le franchement : terrorisme.

faire l’apologie du terrorisme et de la violence sur Internet n’a rien à voir avec la liberté d’expression et de communication[...]La liberté d’Internet est précieuse, mais Internet n’est pas une zone de non-droit dans laquelle on peut impunément déverser des messages de haine, faire circuler des images pédophiles, piller le droit d’auteur. La société a le devoir de se protéger contre ceux qui attaquent ses valeurs. Rester inertes face à ceux qui se radicalisent dans la haine et la violence par la consultation de sites Internet illicites serait une faute morale

ayant droit