Un projet initié par le chercheur australien Paul Gardner-Stephen risque de faire grand bruit dans le monde des télécoms. En effet son projet intitulé Serval permettrait à terme de pouvoir se passer des opérateurs mobiles ! Pour développer son projet, le chercheur s’est entouré de confrères, mais aussi d’étudiants de l’INSA, une école d’ingénieurs française.

Pour fonctionner, ce système n’utilise pas les antennes des opérateurs, mais le protocole Wi-Fi. Le système se présente pour l’instant sous la forme d’une application Android gratuite qui permet de transformer chaque téléphone en relais pour les communications. Par exemple vous êtes la personne X et souhaitez téléphoner à la personne Y qui se trouve à 1 kilomètre de vous, la personne est trop loin pour l’atteindre directement, vous utilisez donc la personne A qui se trouve à mi-chemin entre vous et la personne que vous souhaitez contacter. La personne A va donc vous permettre de relayer vos communications si le signal n’est pas assez bon. C’est ce qu’on appelle un réseau maillé, aucun point du réseau n’est plus important que les autres, il n’y a pas de point de concentration comme peuvent l’être les antennes relais des opérateurs.

Pour l’instant le projet n’est pas terminé et n’est donc pas pleinement fonctionnel, mais il permet déjà de se passer des antennes opérateurs, mais aussi de sa carte SIM, d’effectuer des appels en utilisant votre numéro habituel, mais aussi d’envoyer des SMS. À l’avenir ils souhaitent proposer un service de cartographie selon le même principe, mais également un service de micro-blogging comme Twitter. L’utilisation d’autres fréquences est également à l’étude, ceci poserait toutefois des problèmes juridiques, notamment en France puisque l’ARCEP doit valider l’utilisation des fréquences, celles du Wi-Fi peuvent être utilisées sans concertation, mais pas les autres.

Le projet Serval ne nous est pas forcément dédié, son concepteur pensait surtout aux pays qui n’ont pas les moyens d’installer tout un réseau d’antennes ou aux endroits ou celui-ci est détruit. L’inconvénient de ce système réside dans le fait qu’il faut tout de même un nombre conséquent de téléphones équipés pour que celui-ci soit viable et pour éviter d’être injoignable. Si celui-ci était vraiment développé dans nos contrées, les conséquences pour le secteur des télécoms seraient sans doute désastreuses puisque nous n’aurions plus besoin de leurs services, de même ce réseau indépendant échapperait à tout contrôle de l’état. Pour ceux que ça intéresse l’application est disponible sur Google Play, mais celle-ci n’est pas encore fonctionnelle sur tous les téléphones, vous trouverez également une procédure sur le site du projet pour les plus bidouilleurs d’entre vous.

Source