En Utilisation

Sur ce test du HTC One S, pas de vidéo puisque l’expérience utilisateur est quasiment la même que sur le HTC One X. De même, je ne vous refais pas toute la partie Sense 4.0 et multimédia puisque c’est la même chose.

Aussi, je vous conseille d’aller faire un tour du côté du Test ICI de son grand frère, le HTC One X, avec une vidéo de présentation, mais aussi mes commentaires concernant la partie multimédia. En attendant, je vous rappelle donc ce que j’ai écrit sur le test du HTC One X.

Mais avant, juste pour vous dire que l’écran joue quand même sur l’affichage. Même si un écran de 4,3″ est suffisant, j’ai trouvé plus agréable l’utilisation d’un écran de 4,7″. En fait, je ne l’avais pas remarqué jusqu’au moment de l’affichage d’une page web. Oui, je chipote, mais quelque part, pour 0,4″ de différence, il faut le signaler, non ?

Je vous rappelle que le HTC One X embarque Android dans sa version 4.0.3. Mais comme c’est HTC, n’oubliez pas que tous les smartphones du Taiwanais vous proposent par défaut la surcouche Sense. Le HTC One X n’échappe pas à la règle et vous propose Sense 4.0, optimisé donc pour Android Ice Cream Sandwich.

Sense 3.0 avait déjà apporté, à son époque, des choses qui sont maintenant intégrées d’une manière différente avec Android 4.0. Du coup, Sense 4.0 a un peu évolué et on ne retrouve pas forcément la même interface utilisateur proposée par son prédécesseur. L’exemple le plus flagrant concerne les raccourcis WiFi, Bluetooth ou encore le gestionnaire de tâches qu’on retrouvait dans la barre de notification. Maintenant, avec la gestion des tâches et l’accès direct aux paramètres depuis la barre de notification d’Android 4.0, HTC a dû enlever ses raccourcis.

Avec Android 4.0, on retrouve bien évidemment la nouvelle gestion des dossiers, la possibilité de changer les icônes du dock, etc… Du coup, Sense 4.0 reprend pas mal de fonctions de base sans rien apporter de plus. Au final, on a cette sensation que Sense 4.0 n’est qu’une skin et ne révolutionne plus, du moins, beaucoup moins que Sense 3.0 à son époque. C’est normal d’un autre côté, dans la mesure où Android 4.0 a apporté pas mal de choses qui ont fait le succès de Sense 3.0. Il y a bien quelques effets typiques comme le nouveau gestionnaire multitâches reprenant le principe d’Aéro introduit avec Windows Vista, mais en dehors des considérations esthétiques, il n’y a pas grand-chose de nouveau à se mettre sous la dent.

À côté, on retrouve quand même quelques intégrations sympathiques comme les réseaux sociaux, l’application Flash pour vous éclairer, l’éditeur de film ou encore l’application Tâches compatible avec Google Task.

Tout n’est pas rose non plus. Peut-être parce qu’Android 4.0 est encore nouveau, Sense 4.0 n’est pas exempt de lags et c’est bien dommage, surtout que là, ce n’est pas le hardware qui est en cause, mais bel et bien un manque d’optimisation au niveau logiciel.
De même, on retrouve des applications devenues inutiles comme le gestionnaire de tâches maison de Sense. HTC a aussi choisi de ne plus afficher la barre de recherche permanente Google, c’est devenu un widget… Pourquoi pas? En parlant de Widgets, j’aimais bien avoir un accès rapide à la fin de la liste des applications dans Android 4.0 de base. Avec Sense, il va falloir passer par un autre écran à un autre endroit, dommage.

On passe maintenant au clavier que Sense 4.0 a apporté. Dans l’absolu, je l’ai trouvé plutôt réactif et je salue les touches fléchées en bas d’écran. Par contre, pourquoi avoir mis la touche d’accès aux caractères numériques à droite du clavier alors que TOUS les concurrents le mettent à gauche ? De même, j’aurais aimé avoir la possibilité de pouvoir enlever ces touches fléchées pour gagner un peu en lisibilité sur l’écran.

Contrairement à Sony, HTC ne bénéficie pas encore de portails de contenus dignes de ce nom. Du coup, vous n’aurez rien si ce n’est maintenant les services de Google Play. Du côté multimédia, HTC vous apporte la compatibilité avec pas mal de formats comme les Divx ou Xvid. Si vous avez des formats plus exotiques, rien ne vous empêche de passer par des applications tierces comme MX Video Pro. On notera le support par défaut dans l’application Galerie du DNLA qui vous permettra donc d’aller rendre visite à votre NAS ou serveur multimédia.

Je vous rappelle également que le HTC One S fait partie du deal de HTC avec Dropbox, du coup, dès l’installation de Dropbox avec votre nouvel HTC One S flambant neuf, vous bénéficiez de 25Go de stockage en ligne, et ce, pendant 2 ans. À noter que l’offre est liée au smartphone (sans doute via l’IMEI donc pas de réutilisation possible, faites donc attention avec le marché de l’occasion).
Pour avoir donc un HTC One X et un HTC One S, vous ne pourrez pas bénéficier de deux fois 25Go. L’offre ne fonctionne qu’une fois, et ce, même si vous achetez une bonne dizaine de HTC One S.

Les Performances

Dans l’utilisation de tous les jours, franchement, vous ne verrez pas la différence entre le Qualcomm Snapdragon S4 (dual-core) et le Nvidia Tegra 3 (quad-core). Avec certes une résolution d’écran moindre, le processeur de Qualcomm s’est même montré dans certains benchs plus rapides que le processeur de Nvidia. Mais dans une utilisation quotidienne, rien de tel. Idem pour la partie multimédia où le processeur de Qualcomm a très bien tenu la charge des vidéos en 1080p tout comme les jeux globalement.

Maintenant, il est évident que des jeux optimisés pour Tegra 3 proposeront des effets supplémentaires, mais à part quelques jeux actuellement, le reste n’a pas sourciller sur le HTC One S. Petite note sur Reckless Racing 2 qui a eu quelques problèmes sonores (des saccades), mais rien de bien grave en soi, c’est, AMHA, plus un problème d’optimisation qu’autre chose.

Maintenant, si vous aimez les chiffres, je vous laisse avec quelques scores dont Quadrant ou encore SunSpider.

Sommaire du Test :

Pages : 1 2 3 4 5 6