Nokia : note et avenir spéculatif en 2012

Business

Par Moe le

Selon les agences de notation Fitch et Standard & Poor’s, rien ne va plus sur le plan financier pour le finlandais.

Deux semaines seulement après une dégradation “préliminaire” de la note de sa dette à Baa3 (qualité moyenne inférieure), la société doit faire face à un nouveau revers et non des moindres.

Crise de confiance des marchés

Jusqu’alors considérée par les investisseurs comme une valeur d’investissement, Nokia doit désormais composer avec un statut d’émetteur spéculatif sur les marchés.

Sa notation BB+ (catégorie spéculative) avec une perspective négative lui ferme de nombreuses portes si elle souhaite se financer auprès de ses créanciers. Fitch et Standard & Poor’s justifient leurs décisions par une crainte de voir les différentes initiatives du finlandais échouer et ce, même si la société bénéficie encore de nombreux arguments à faire valoir.

Le temps presse pour Nokia

En effet, Nokia qui a récemment perdu sa place de numéro un mondial de vendeur de terminaux mobiles connaît un succès (toutes proportions gardées) satisfaisant avec sa gamme Lumia. La transition de Symbian vers Windows Phone est belle et bien en marche mais il faudra du temps à la société pour mener à terme son chantier de restructuration.

Malheureusement, c’est précisément du temps qu’il manque à Nokia. Alors que ses principaux concurrents se serrent la ceinture, grandement aidés par un OS largement répandu (Android ou iOS), le finlandais quant à lui est pieds et poings liés à Microsoft et place de fait tous ses espoirs dans Windows Phone 8.

Un accord qui tarde à convaincre

C’est précisément cette dépendance qui joue en défaveur de Nokia. Par ailleurs, les propos de Stephen Elop le 11 février dernier prennent un sens pour le moins complexe pour la société : “notre plan B, c’est que le plan A fonctionne”

Difficile alors pour Nokia de rassurer les investisseurs sur le long terme. Seul un succès des futurs terminaux Windows Phone 8 du constructeur sera capable de redonner une marge de manoeuvre suffisante à la société afin de rétablir sa situation financière.

Des arguments à faire valoir

Quoiqu’il en soit, Nokia possède des bases solides; Ses terminaux phares ont tous reçus un accueil favorable des critiques mais aussi du public et ce, malgré des parts de marché encore modestes.

Microsoft a donc une très grande responsabilité en ce qui concerne l’avenir du finlandais, les deux partenaires le savent et il ne serait pas étonnant que les premiers terminaux Windows Phone 8 soient la chasse gardée de Nokia du moins dans un premier temps.

Source: Source