Le mot fraude fiscale est peut-être un peu fort, vu qu’Apple ne fait rien d’illégal en soi. Mais il semblerait que la pomme soit la championne pour payer le moins d’impôts possible. Des ex-responsables d’Apple auraient en effet confié au New York Times qu’Apple ruserait pour donner le moins d’argent possible à l’État américain en matière fiscale.

Par exemple, il existe une filiale du groupe implantée dans le Nevada, où la fiscalité serait nulle, simplement destinée à investir des milliards de liquidités sans être inquiétée par le fisc. Autre exemple, Apple aurait créé des filiales dans des pays à faible taux d’imposition comme l’Irlande, le Luxembourg, les îles Vierges britanniques, et ce pour payer moins. Pas besoin d’implanter une réelle filiale dans ces pays pour échapper au fisc. Une simple boite aux lettres ou bureau anonyme suffit.

Apple n’est pas la seule entreprise à faire cela, bien sûr, mais au vu des bénéfices générés par la pomme, le gain serait extrêmement important. Apple est la première capitalisation boursière du monde, et la pomme, qui a publié ses chiffres la semaine dernière, a enregistré sur un an un bénéfice de 11,62 milliards de dollars et un chiffre d’affaires en hausse de 59 % à 39,19 milliards de dollars.