Nokia vient de déposer plusieurs plaintes pour violation de brevets à l’encontre de RIM, Viewsonic et HTC concernant pas moins de 45 de ses brevets.

Dans un premier temps, le finlandais a déposé une première plainte aux Etats Unis auprès de l’ITC (commission internationale du commerce) contre HTC. S’en est suivi une seconde plainte en Allemagne cette fois ci contre Viewsonic, RIM et HTC à nouveau qui semble décidément dans le collimateur de Nokia.

L’univers est vaste

Selon Nokia, ces sociétés se sont rendues coupables d’utilisation non autorisée de quelques 45 brevets au champ d’application large :

Les innovations propriétaires de Nokia sont utilisées par ces sociétés (ndlr : les trois sociétés ci dessus) afin de créer des terminaux possédants les caractéristiques suivantes : des antennes bi-directionnelles, contrôle de la consommation et gestion multi modale de puces radio ainsi que des améliorations logicielles telles que des marchés d’applications (ndlr : App World de RIM notamment), le multitâche, la navigation, la présentation des messages sous la forme de discussions, les menus dynamiques, le cryptage des données ou encore le rapatriement de pièces jointes d’e-mail sur des terminaux mobiles

Doucement y'en aura pour tout le monde... 45 à vrai dire

Nous faisions état d’un champ d’application large, permettez nous de corriger cette affirmation : un champ d’application sans limites.

Apple plus rentable que Lumia pour Nokia

Phénomène étrange, l’an dernier Nokia avait déjà intenté une action similaire contre Apple. Cette démarche s’était terminée par un accord à l’amiable entre les deux parties avec un net avantage pour Nokia et non des moindres : 600 millions de dollars de recettes ont été générées grâce à cet accord. Sachant que la société a perdu près de 1,7 milliard de dollars depuis la sortie de son Lumia 800, la conclusion est simple : Nokia gagne plus d’argent grâce à Apple que via la vente de ses propres terminaux.

En définitive, ce n’est pas étonnant de voir la société orienter ses armes juridiques vers d’autres concurrents. Les dégradations successives de la note de sa dette contraignent le finlandais à trouver de nouvelles sources de revenus, l’accès au crédit étant de plus en plus compliqué voire impossible.

Microsoft observe de loin

Mais les choses sont désormais claires, le rachat de Nokia par Microsoft semble de plus en plus probable compte tenu du portefeuille de brevet pour le moins « alléchant » du finlandais.

Si il est parvenu à négocier un accord avec Apple, il ne fait aucun doute que les brevets en question (ou du moins une partie) soient suffisamment « sensibles » pour convaincre les concurrents de payer à leur tour. Microsoft doit certainement observer avec attention l’issue de cette bataille juridique.