Flame est le malware star du moment. Considéré comme la plus grosse cyberarme jamais conçue, le malware qui sévit au Moyen-Orient et dont on le soupçonne d’avoir été créé par un État, Flame serait sur le point de disparaître. A-t-il été vaincu ? Non. Il a simplement décidé de se suicider. Plus précisément, ses créateurs lui ont ordonné de s’autodétruire.

Symatech aurait en effet repéré un comportement suspect du malware. Celui-ci activerait une autodestruction qui effacerait toutes ses traces. Ce comportement, baptisé « Urgent Suicide », viserait à réécrire tous les fichiers utilisés par Flame, avant de tout simplement disparaître. L’opération utilise le fichier browse32.ocx, qui a été créé le 9 mai dernier selon Symantech, et ne détruit que Flame, sans endommager l’ordinateur hôte.

Flame sévit notamment au Moyen-Orient, et cette autodestruction montre la volonté de ses créateurs à garder secrète l’origine du Malware, donc leur identité.