Urbanista est une jeune marque suédoise, que je ne connaissais pas avant que le JDG me propose de tester le fleuron de la marque, le Copenhagen. Sa gamme est aujourd’hui limitée à deux casques nomades : le Copenhagen (99$) et le Los Angeles (89$) et à deux paires d’intra : le London (69$) et le Gothenburg (49$). Leurs produits ont une identité propre avec un design minimaliste et épuré qui ne laisse pas indifférent.

De nombreuses marques design font leur apparition depuis l’avènement du casque audio nomade grâce entre autres à Beats. Mais cette dernière marque nous a aussi montré que le design a un prix sans pour autant proposer du matériel résistant et de la qualité audio. Nous allons voir si ce Copenhagen déroge à la règle du casque audio « beau » négligeant le « bien », comme l’a déjà fait Skullcandy avec son excellent Aviator.

Le Copenhagen est disponible autour de 70 € : cette zone tarifaire est ultra concurrentielle, car on y trouve de nombreux produits très aboutis vendus par des marques ayant déjà fait leurs preuves.

Packaging

L’emballage est épuré et abouti, la boite du Copenhagen donne envie de l’ouvrir !

On y trouve un petit dépliant présentant toute la gamme Urbanista et une carte Urbanista VIP Member Card, le packaging interne donne un sentiment de luxe. On arrive enfin à la housse de protection rigide qui contient le casque, celle-ci, peu volumineuse, est facilement transportable, un format proche d’une boite à lunette.

Le casque se présente dans sa housse avec une petite rallonge de 7 cm (je reste dubitatif face à sa potentielle utilité) et la première chose qui m’a surpris est la taille du casque très proche d’un Porta Pro de Koss alors que la tendance actuelle est au toujours plus gros, toujours plus voyant.

Le packaging du Copenhagen est séduisant, mais avare en accessoire, la housse solide est un gros plus, mais on aurait préféré un adaptateur jack plutôt qu’une rallonge peu utile.

Design

Le casque est discret par son gabarit et sa forme proche du crâne. Pour se différencier, Urbanista a opté pour des oreillettes carrées. Le casque, clairement d’inspiration futuriste, nous offre des courbes épurées définitivement modernes. La matière principale du casque est l’aluminium brossé qui contraste avec les parties plastiques noires mates. Mais le casque s’offre quand même une petite touche rétro avec le système de réglage de l’arceau qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui du Porta Pro Koss ou d’autres casques de l’époque des lecteurs K7.
Les casques étant de plus en plus imposants, le Copenhaguen est une réelle surprise quant à son gabarit et sa discrétion : un produit classe et passe partout.

Qualité de fabrication

La première impression que nous offre ce casque est qu’il ne semble pas très résistant. Mais si son gabarit offre une avantageuse discrétion, il suscite une certaine méfiance quant à sa capacité de résistance à la vie nomade. La structure des oreillettes semble solide, mais le système de pliage du casque est en plastique et très fin. L’arceau est souple et facilement déformable. Au moins si vous gardez le casque autour du cou, la boite rigide de rangement apparaît indispensable !

En ce qui concerne le câble, le bilan est lui aussi mitigé. Le Copenhagen est équipé, comme beaucoup de casques aujourd’hui, d’un câble plat évitant les nœuds, mais il reste fin, rendant sa résistance dans la durée incertaine. La prise jack est coudée, mais il n’y a aucune gaine de caoutchouc pour limiter l’effort entre le câble et l’extrémité de celle-ci, dommage. Le casque présente aussi une commande Smartphone, comme tous les produits sortis récemment, bien positionnée et facile d’utilisation malgré l’impossibilité de régler le volume, je l’ai préféré à celle du Philips Uptown.

Le casque semble fragile et ne m’inspire pas confiance quant à sa résistance dans le temps.

Comfort

Le casque est agréable à porter, mais le confort au niveau des oreillettes n’est pas des meilleurs, en raison de la dureté de la mousse en contact avec les oreilles. Sa légèreté est un bon point et le casque n’a pas besoin d’exercer une forte pression sur le crâne pour être maintenu en place. Le placement des oreillettes reste difficile à cause de leur forme.
Comme pour le Porta Pro de Koss, le système de serrage de l’arceau a tendance à agripper les cheveux et le retrait du casque peut se faire dans la douleur…

Isolation

L’isolation n’est pas non plus un point fort. Lors de balades en ville ou allongées dans un parc le manque d’isolation se fait légèrement sentir sans compter que le casque est difficilement utilisable dans les transports en commun.

Son

On rentre dans le vif du sujet !

Le casque se retrouve enfin sur mes oreilles et là… quelle surprise… vendre un casque à ce prix avec une qualité sonore aussi médiocre est simplement honteux. Quelque soit le style de musique, quelque soit le lecteur utilisé même constat. Le seul registre acceptable est le grave avec des basses tendues et dynamiques dans l’esprit du HD25. Quant au reste… les registres du medium et de l’aigü me donnent l’impression d’avoir un tube PVC de 2m entre mon oreille et le casque. Le rendu est brouillon et fade, voire parfois criard. Le soundstage se limite à l’épaisseur de l’oreillette. Ce casque est simplement mauvais, que dire de plus…

Je me suis contraint à écouter de la musique pendant 1 mois avec ce casque, espérant qu’il s’améliore avec le temps, mais rien n’y fait, plus j’écoute de la musique avec lui, plus je me demande ce qui s’est passé dans la tête des concepteurs.

Bref, même une paire d’écouteurs no name chinois à 10 euros fait mieux… Et dire qu’on le vend 99 euros !

Conclusion

Ce casque est un concurrent sérieux dans le marché de l’accessoire… De l’accessoire de beauté et non de l’audio. C’est la vraie démonstration du «beau » pour le « mauvais » ! Peut être que l’effet « tube PVC » pourrait séduire certain, qui sait…

Urbanista propose une alternative design, mais à quel prix ! Il doit revoir sérieusement sa copie tant sur la qualité de fabrication que sur la qualité sonore s’il veut vraiment se faire une place sur le marché.

En conclusion, si vous cherchez un nouveau tour du cou design et classe, ce produit est fait pour vous, en revanche, si vous cherchez un produit audio qui vaut son pesant d’or, fuyez en courant !

Test réalisé par Hugo Brincard alias Ony du site Tellementnomade.