Dans une interview accordée à nos confrères de ZDnet Australie, le cabinet d’études Gartner relate l’histoire d’un grand groupe international ayant commandé près de 14000 iPad à destination de ses cadres. Problème : 40% de ces derniers ont retourné le produit, faute d’y voir une quelconque utilité ou n’ayant pas les moyens de s’en servir.


C’est ce que rapporte Nigel Montgomery, directeur de la recherche logicielle chez Gartner :

Une société avec laquelle je me suis entretenu la semaine dernière a fait l’acquisition de 14000 iPad 2 pour ses équipes dirigeantes. 40% de l’effectif a rempli un formulaire de retour car ces cadres n’ont aucune idée de l’utilité d’un tel produit. La société n’a jamais envisagé d’étudier la valeur ajoutée d’une telle démarche ni le bien fondé de l’action.

En estimation, ce sont quelques 5,6 millions de dollars qui ont été dépensés afin de faire l’acquisition de ce parc de tablettes et ce, sans une étude préalable des attentes des utilisateurs finaux.

Une situation inédite qui met en lumière deux choses :

En 2012, certains utilisateurs pourtant qualifiés peinent encore à légitimer l’achat d’un produit en fonction de leurs besoins. Nous avons tous un ami ou un collègue qui fera allusion à « une tablette qui prend la poussière dans un tiroir » mais la situation devient immédiatement inédite dès lors qu’il s’agit d’un responsable de département informatique.

D’autre part, on doit s’interroger sur la tendance au « surréquipement » au sein des grands groupes mais aussi des ménages. La majorité de la population n’étant pas « geek » au sens passionné du terme, il serait alors erroné d’assumer (malgré le succès mondial de l’iPad ou de toute autre tablette) que chacun de ses collègues, collaborateurs sera à l’aise avec ce type de produits.