Il est toujours délicat de tester une souris dédiée aux MMORPG, pour la simple et bonne raison que le principe même de la souris est décrié. Jugée inutile par certains, elle est indispensable pour d’autres qui, une fois leur mulot à multiples boutons dans la main, ne peuvent plus s’en passer. C’est donc une souris dédiée aux MMORPG que le JDG teste aujourd’hui, la Logitech G600. J’aimerais, avant d’aborder ce test, préciser que je n’ai jamais apprécié ce genre de matériel, préférant, dans un MMO, que ce soit World of Warcraft ou un autre, passer par les bons vieux boutons du clavier pour lancer mes sorts. La Logitech G600 pourra-t-elle convertir les plus réticents ? Saura-t-elle convaincre ceux qui ne jurent que par les boutons des flancs de souris pour lancer leurs sorts ? Pour ces derniers, vaut-il mieux se jeter sur cette souris, ou rester sur la Razer Naga, qui est la Rolls en la matière ? Réponse dans ce test.

Design

Commençons avec la partie visible de la souris : le design. La G600 de Logitech arbore une robe noire ou blanche, c’est au choix, en plastique mat assez agréable au toucher. Sachez que si vous optez pour le blanc, vous devrez vous confronter, au bout de quelques semaines, aux traces qui s’incrustent dans les grains de la matière, et c’est un peu dommage. Sur le côté gauche, la robe de la souris « s’ouvre » pour laisser apparaître les 12 boutons de tranche, ceux-là mêmes qui la caractérisent comme une souris MMO. Ces derniers, très resserrés, arborent des formes différentes selon les lignes où ils sont placés, ce qui est censé donner une meilleure reconnaissance aux doigts. Ces derniers sont numérotés et surtout rétro éclairés par des LED qui vous donnent le choix entre 16 millions de teintes.

Quand on observe la souris du dessus, la première chose qui frappe, c’est sa taille ! La souris de Logitech en impose, et s’avère assez lourde. Mais ce handicap n’en est pas vraiment un, car cette forme imposante cache une ergonomie assez agréable et très plaisante. Votre annulaire sera posé sur le troisième bouton de la souris, qui vous permettra d’assigner plusieurs commandes à des boutons, et ne vous gênera nullement. Pour résumer, la souris, massive et lourde (133 grammes), s’avère toutefois agréable à manipuler, et a été conçue avant tout pour les grosses mains. Notons qu’il est impossible de changer le poids, et que le fil en nylon tressé de deux mètres remplit son contrat en vous laissant une grande fluidité de mouvements, et des déplacements agréables. Les deux immenses patins en caoutchouc sous la machine n’y sont pas non plus étrangers.

La G600 dispose, comme toute bonne souris gamer, d’un pilote qui vous permettra de configurer ses paramètres. Nous avons là affaire à du grand classique, mais bien pensé, avec une fonction qui vous permettra de paramétrer vos boutons, de régler les DPI (vous pourrez régler indépendamment l’axe horizontal et vertical), de changer de profil (3 au total), et de modifier la couleur de vos boutons de tranche. Le logiciel vous permettra de changer toutes les fonctions selon les jeux installés sur votre PC, et également d’ajouter encore plus de boutons grâce au troisième bouton de la souris qui permet d’affecter deux fonctionnalités à chaque touche. Une fonction qui multiplie encore le nombre de boutons, et il vous faudra donc apprendre par coeur vos combinaisons pour espérer être performant en jeu.

Caractéristiques

Observons maintenant de plus près la souris en nous intéressant à ses capacités. Premier constat qui la définit, la souris dispose de 20 boutons au total, dont 12 sur la tranche gauche que vous atteignez avec votre pouce. En plastique, ces boutons s’avèrent également agréables à utiliser, comme la surface de la bête, mais sont beaucoup trop fouillis. À première vue, cet amas de boutons qui n’ont pas la même inclinaison paraît un peu brouillon. De plus, ils sont collés les uns aux autres, ce qui pourrait rendre leur reconnaissance difficile, nous verrons plus tard si ce sentiment se confirme.

Côté capacité, la souris adopte un tracking qui peut passer de 200 à 8200 dpi, réglables en un clic et mémorisables par les trois profils disponibles dans la machine. Elle peut donc adopter une vitesse maximale de 4 mètres par seconde. Son temps de réponse est également très honnête, à savoir 1 milliseconde. Bref, la souris s’avère assez performante de ce côté-ci. En ce qui concerne la durée de vie, la G600 peut supporter jusqu’à 20 millions de clics en théorie sur les boutons principaux, et parcourir une distance de 250 kilomètres avant de rendre l’âme. Là encore, Logitech nous promet un produit de qualité.

La Logitech G600 laisse pour l’instant une impression assez bonne, malgré quelques points noirs. Le poids, la disposition des boutons ou son design assez massif se feront-ils ressentir en jeu ?

Utilisation

Passons maintenant au coeur du test : l’utilisation de la souris. La Logitech G600 est optimisée pour le MMO, et c’est tout naturellement que nous allons voir ce qu’elle donne sur ce type de jeu. Sachez que pour l’occasion, j’ai repris mon abonnement au célèbre World of Warcraft, pour la tester dans de bonnes conditions. MMORPG populaire par excellence, WoW est le candidat parfait pour passer la G600 à la moulinette.

Étant un habitué des bons vieux boutons du clavier, il m’aura fallu un peu de temps pour appréhender les boutons de la G600, mais même une fois apprivoisés, ceux-ci se sont révélés tout de même assez compliqués à utiliser, et la difficulté d’adaptation a varié en fonction de la classe jouée et du besoin en réactivité.

Commençons avec une classe à distance : le mage. En instance, les boutons ne s’avèrent pas trop compliqués à appréhender. Il suffit de n’utiliser que la première ligne de boutons pour faire un DPS correct. Mais déjà, les premiers signes d’inquiétude pointent le bout de leur nez. Lors des rares fois où il a fallu chercher un sort plus loin dans la barre d’action, mes doigts se sont perdus dans la masse de boutons, et le réflexe de trouver l’équivalent sur le clavier est revenu comme un kodo au galop. Durant les moments où la réactivité est moins importante, on cherche ses boutons quelques secondes avant, afin de ne pas se tromper de sort le moment venu.

Pour ce qui est du PVP, cela se complique grandement. Dans un champ de bataille où la réactivité est le maître mot, il s’avère très compliqué de trouver les boutons en urgence, et l’on se retrouve souvent à terre, tué par des joueurs beaucoup plus réactifs. Ce n’est pas une histoire d’habitude, car même après de longues heures, il m’arrivait encore souvent de me tromper, voire d’appuyer sur plusieurs boutons en même temps, ceux-ci n’étant pas très étalés et assez collés.

Testons maintenant cette même souris avec une classe totalement différente : le guerrier. Avec un guerrier tank, l’utilisation de la souris s’est avérée plutôt concluante, n’ayant besoin d’utiliser que les deux premières lignes de boutons, mais en PVP, cela s’est encore une fois gâté. Alors qu’un personnage à distance peut se payer le luxe de commencer à lancer un sort assez loin de son adversaire, et donc de prendre légèrement plus de temps pour placer ses doigts sur les boutons, un combattant au corps à corps se doit de réagir immédiatement, sous peine de voir sa barre de vie baisser drastiquement. Là encore, je me suis malheureusement retrouvé souvent à terre, la réactivité avec les boutons étant assez limitée lorsqu’on cherche une capacité, en particulier dans cette jungle de boutons. Cerise sur le gâteau, le poids de la souris s’avère au final assez handicapant et la molette assez lâche n’est pas optimisée pour jouer rapidement.

Conclusion

Comme dit plus haut, je n’étais pas vraiment un adepte des souris MMO avant de commencer ce test, et l’essai de la Logitech G600 ne va pas me faire changer d’avis. D’après des témoignages d’autres joueurs, eux adeptes de la Razer Naga, les boutons de la G600 sont assez difficiles à appréhender même pour un initié, ce qui rend l’intérêt de la souris assez limité. La G600 partait pourtant sur de bonnes bases, mais Logitech a voulu en faire trop avec peu d’espace. La taille des boutons ainsi que la petite surface qu’ils occupent rendent l’utilisation difficile, surtout pour des gros doigts. Un comble lorsqu’on s’aperçoit que le design de la souris a justement été conçu pour des mains assez imposantes. Bref, si vous voulez une souris MMO, allez plutôt piocher du côté de chez Madcatz, qui se refuse à multiplier les boutons, ou chez Razer, avec la Naga.