Hier, Free a mis à jour sa Freebox Revolution, bloquant dans le même temps la publicité sur les sites internet. Certains se sont félicités de cette initiative, mais d’autres ont jugé ce blocage par défaut irresponsable, de nombreux sites vivant grâce à la publicité. L’affaire a pris des proportions inimaginables sur le web, les pros et les antis blocages s’affrontant sur les réseaux sociaux.

Screenshot_12

Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique se saisit de l’affaire, et a indiqué sur Twitter vouloir rencontrer les éditeurs de Free pour discuter de la marche à suivre. La ministre déléguée s’est exprimée sur Twitter, et s’est dit opposée à l’activation par défaut du filtrage de la publicité.

La date de la rencontre n’est pas connue, mais elle devrait avoir lieu le plus tôt possible. Suite au blocage par défaut des publicités sur la Freebox, une levée de boucliers est apparue sur le web, les sites à accès gratuit ne pouvant tout simplement pas survivre si la publicité ne les rémunère pas.