La rumeur a prêté l’an dernier à Intel la volonté de se lancer sur le marché de la télévision. Et bien pour une fois, la rumeur disait vraie ! Lors d’une séance de questions/réponses pendant une conférence D:Dive Into Media, Erik Huggers, directeur général de la nouvelle division Intel Media, a confirmé que le fondeur travaillait sur un tel projet.

intel-tv

Il a même donné bon nombre de précisions, qui vont de la très bonne nouvelle à la douche froide. Commençons par les bonnes : le set-top box est annoncé comme bénéficiant d’un «superbe design industriel», qui offrira aux spectateurs la télévision en direct, la télévision de rattrapage, à la demande, ainsi qu’une boutique d’applications comme il convient. Toutes ces possibilités sont encore inédites aujourd’hui sur un marché américain quelque peu sclérosé par l’industrie de la distribution de contenus – la tentative Google TV a montré la puissance des câblo-opérateurs et des réseaux télévisés, qui ont fermé le robinet à images devant le nez du moteur de recherche.

Intel ne compte pas subir le même sort : des négociations sont en cours avec tout ce petit monde afin de fournir le maximum d’options aux téléspectateurs. En revanche, pas la peine d’espérer pouvoir choisir ses chaînes préférées «à la carte» : les «bundles» de chaînes tarifés au prix fort et avec des possibilités de personnalisation limitées resteront de la partie. De plus, Intel ne pourra rien contre les FAI américains qui ont la mauvaise habitude de limiter la quantité de données mensuelles qui transitent par les tuyaux de leurs abonnés.

La douche froide, c’est la présence d’une caméra dans le boîtier. Celle-ci pourra servir dans un cadre «social», mais aussi pour surveiller qui regarde la télévision : selon le profil du spectateur, le boîtier pourra proposer des recommandations d’émissions, voire diffusera des publicités ciblées. Fort heureusement, cette webcam pourra être désactivée ! Le lancement de cet appareil est programmé pour cette année.