Il faudra attendre au moins jusqu’à cet été avant de voir débarquer le service de streaming musical d’Apple. La rumeur court depuis l’an dernier que le constructeur californien a cette offre dans ses cartons, mais rien n’est venu – tout ce que l’on croit savoir est qu’il s’agira d’un service proche de celui de Pandora, à savoir des radios personnalisées gratuites, mais entrelardées de publicités.

apple-iradio3

Le hic dans cette histoire, est qu’Apple ne veut pas dépenser plus que de raison pour les licences indispensables à la mise en place d’iRadio, ainsi que l’ont nommé les indiscrétions. D’après le New York Post, les négociations avec les maisons de disques achoppent sur la question tarifaire. Apple est prête à offrir 6 cents pour 100 écoutes, soit le prix le plus bas de l’industrie du streaming : Pandora paie 12 cents, Spotify 35 cents.

En 2011, la moitié des revenus de Pandora est passée dans les poches de l’industrie du disque, alors que Sirius XM, qui propose des radios par satellite, n’a reversé que 7,5% de son chiffre d’affaires. Pandora cherche à abaisser les royalties des radios par internet pour les mettre au niveau des offres de radio terrestre. Apple n’aurait visiblement rien contre. Mais évidemment, les labels ne sont pas vraiment d’accord pour voir leurs revenus tirés de cette activité ainsi sabrés. Une partie de bras de fer s’est donc engagée entre les parties prenantes, retardant d’autant le lancement d’iRadio.

Au final, c’est Google et YouTube qui pourraient en profiter : ces deux-là on en projet de se lancer dans les pas de Spotify et Deezer, tandis que le projet Daisy de streaming musical mitonné par Beats a trouvé des investisseurs. Ça n’est peut-être pas pour rien que Tim Cook a rencontré récemment Jimmy Iovine, le patron de Beats.