Chaque semaine, un rédacteur du JDG vous confie ses passions et ses découvertes. Après Anh, puis Greg, c’est à mon tour de vous faire découvrir mes trouvailles et mes passions du moment.

Le Monde Fantastique d’Oz (Cinéma)

Honnêtement, je ne m’attendais pas à grand-chose de film. J’avais été très déçu par le Alice de Tim Burton et j’avais peur que Sam Raimi tombe dans les mêmes travers. Mais c’était mal connaître le réalisateur de la trilogie Spiderman. Certes, c’est gentillet, un peu naïf et très grand public, mais Raimi a tout de même su y ajouter sa patte. De plus, les décors en images de synthèse et les effets de la 3D sont assez réussis. J’ai passé un bon moment malgré quelques longueurs ennuyeuses et des petites erreurs de goût. La critique complète du film arrive bientôt !

Le-Monde-Fantastique-dOz-Affiche-France-Teaser

Batman – Un Long Halloween (Comics)

Je ne ferai pas dans l’originalité en vous disant que Batman est mon superhéros préféré. J’avais déjà lu un long Halloween il y a quelques années et la saga de Jeph Loeb et Tim Sale m’avait aspiré. Le comics est ressorti il y a quelques mois chez Urban Comics et je n’ai pas hésité une seconde à me le procurer. Cette deuxième lecture fut aussi intense que la première. Batman, alors jeune justicier, traque un tueur en série du nom de Holiday. Ce surnom lui est attribué, car l’assassin commet ses méfaits les jours de fête. Il fait alors équipe avec le commissaire Gordon, qui devient très vite son ami, et un jeune procureur idéaliste, un certain Harvey Dent. Le dessin est juste parfait et contribue à l’ambiance poisseuse du livre. Une réussite intégrale qui tend plus vers le thriller policier que l’aventure de superhéros. Après la lecture, on sent également que le livre fût une grosse inspiration pour Nolan pour réaliser The Dark Knight. Si vous aimez les comics, ou même juste les bonnes histoires, je vous recommande fortement de vous y attaquer.

album-cover-large-14000

The Walking Dead – Terrifiant (Commics)

Encore du comics aujourd’hui. Je suis un grand fan de la série de comics The Walking Dead. J’attendais avec impatient ce tome 17, car il contenait le numéro 100 de la série, censé donner un nouveau souffle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçu. Kirkman a osé bousculer tout son univers dans cet épisode. Les choses dégénèrent grandement pour notre ami Rick et sa petite troupe. L’auteur s’y est donné à cœur joie pour choquer les lecteurs, dans un déchaînement de violence rarement atteint dans la saga. Après ce tome 17, les choses seront différentes. Nouveau départ pour une série qui commençait à s’essouffler ? Je l’espère !

img_comics_4979_terrifiant

Minecraft (Jeux vidéo)

Minecraft est l’un des rares jeux qui m’a passionné durant plusieurs années. Si vous ne connaissez pas, voici un rapide résumé. Vous êtes débarqué dans un monde cubique généré aléatoirement et vous devez soit déchaîner votre créativité ou tenter de survivre. L’une des manières de s’amuser dans Minecraft est de créer ou de rejoindre un serveur peuplé d’autres joueurs. C’est ce que j’ai fait avec quelques amis et depuis je n’ai jamais arrêté de jouer. Minecraft, c’est en réalité plusieurs jeux en un. C’est un plaisir de se connecter et de voir les nouveaux bâtiments construits par nos voisins, de voir une ville se former petit à petit, de partir à l’aventure seul ou accompagné dans des cavernes sans fin ou dans des steppes bourrées de monstres. Minecraft est un jeu d’exception, et son succès est plus que mérité.

883387_10200720508075646_263332425_o

Flashback – Dan Simmons (Livre)

Je suis un grand fan de Dan Simmons. Son cycle d’Hypérion (ainsi que sa suite, Endymion) m’avait transporté dans un monde de SF crédible, intelligent et surtout passionnant. J’ai vibré en lisant l’échiquier du Mal, claqué des dents en me plongeant dans Terreur et transporté en entrant dans Illium. Mais on m’avait fortement déconseillé de lire son dernier ouvrage : Flashback. La raison est simple, l’auteur a écrit un livre politique nauséabond caché derrière un thriller d’anticipation. Mais j’ai finalement pris mon courage à deux mains et je me suis plongé encore une fois dans l’univers si particulier de l’auteur. C’est vrai, l’auteur distille ses idées xénophobes, anti-islam et anti Obama tout le long du livre, parfois jusqu’à l’écœurement. Mais il n’a pas perdu la main en matière de suspens. L’histoire se déroule en 2035, l’Amérique a fait faillite, l’Europe est aux mains des islamistes radicaux, Israël a été rayé de la carte et le Japon a fait tomber la Chine communiste. Dans ce contexte volontairement exagéré, on suit Nick Bottom, ancien policier de Denver, qui doit résoudre un crime vieux de plus de six ans. Mais il y a un hic, Nick est un accroc à cette nouvelle drogue appelée le Flashback, qui fait revivre au consommateur ses souvenirs. Il m’est arrivé plusieurs fois de fermer le livre, dégoûté par les propos de mon cher auteur. Ses idées proches du Tea Party sont en effet omniprésentes. Mais inexplicablement, j’y revenais toujours, par envie de connaître le destin de Nick Bottom. Car oui, Dan Simmons est avant tout un conteur qui nous transporte dans une histoire complexe et passionnante. Je n’ai ainsi pas pu décrocher jusqu’à la fin, par ailleurs très ingénieuse.

9782221130599

Arrow (Série)

Honnêtement, je n’attendais rien de cette série. Green Arrow n’a jamais été l’un de mes personnages favoris dans l’univers DC. Je m’y suis donc mis sans grande conviction. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’ont fait apprécier la série, puisque j’ai été agréablement surpris. Certes, certains passages sont un peu niais et plusieurs personnages sont inintéressants au possible, mais la série a su réinventer un héros qui n’a jamais eu le droit à une série ou un film pour lui tout seul. L’angle est le même que la trilogie de Nolan : rendre Green Arrow cohérent. Et on peut dire que c’est réussi, malgré de nombreux sacrifices par rapport au personnage d’origine. Une bonne série qui se laisse suivre, mais qui ne vous marquera pas forcément.

news_illustre_1359562215

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction