Archos a procédé ce soir à un remaniement d’importance au sein de son équipe dirigeante, dans la foulée de résultats 2012 particulièrement difficiles… et qui semblent hypothéquer l’avenir du constructeur.

HC

La tête de l’entreprise, auparavant incarnée par le seul Henri Crohas le fondateur d’Archos, est désormais dissociée : Loïc Poirier devient Directeur Général, tandis que Henri Crohas devient Président (il cumulait auparavant ces deux postes). Loïc Poirier est entré chez Archos en 2005 en tant que directeur administratif et financier, puis a gravi les échelons pour devenir directeur des opérations. Dans les faits, c’est donc Poirier qui va gérer la société au jour le jour, tandis que Crohas va se consacrer au « repositionnement stratégique du groupe », ce qui implique le redéploiement de la recherche et du développement.

Archos a également livré ses résultats annuels pour 2012 et comme on s’y attendait, ça n’est pas fameux. Le chiffre d’affaires cumulé sur l’année atteint les 154,9 millions d’euros, soit 10% de baisse par-rapport à 2011. Surtout, le groupe affiche une perte de 38,7 millions, soit la plus importante jamais enregistrée par le constructeur. La marge a été réduite de 60%, ce qui est effectivement énorme mais finalement logique dans un marché de la tablette où les prix ont été drastiquement tirés vers le bas. Et étant donné qu’Archos s’est positionné très tôt sur le low cost, ses marges ne pouvaient que fondre comme neige au soleil.

Enfin, et sur un versant un peu plus réjouissant, Archos confirme son lancement sur le marché des smartphones, comme la rumeur le laissait entendre l’an dernier. De nouvelles tablettes sont attendues, qui répondront à des besoins « thématiques », sous la marque Archos ou en marque blanche, pour des distributeurs. La domotique est un domaine qui va bénéficier d’investissements de la part de l’entreprise, et si on lit entre les lignes, Archos doit être en train de développer des objets internet connectés. Qui a dit une montre ?