Présentée en grande pompe par Microsoft, la Surface reste avant tout un étalon destiné à inspirer les autres constructeurs. La chose n’aura pas échappé à Dell qui profite de l’arrivée de l’OS pour se lancer sur le marché des tablettes Windows RT avec son XPS 10.

Comme son nom l’indique, nous avons ici une tablette sous Windows RT avec un écran de 10,1 pouces affichant du 1366 x 768 (WXGA). Elle intègre un processeur Snapdragon S4 à deux cœurs et cadencé à 1,5 GHz avec de l’Adreno 225 pour la partie graphique. La puce est épaulée par 2 Go de RAM.  Deux modèles sont disponibles et différenciés par le stockage, 32 ou 64 Go de mémoire flash.

DSC01844

Comme la Surface, mais aussi les célèbres tablettes Transformer d’Asus, il est possible d’y adjoindre un « dock clavier » pour gagner en productivité et en autonomie. Les modèles sont disponibles dès aujourd’hui pour des tarifs allant (chez Dell) de 429 (32 Go sans clavier) à  619 euros (64 Go + clavier).

Sur le papier l’appareil s’annonce satisfaisant, mais il faut maintenant savoir en pratique si Dell a réussi sa première expérience avec Windows RT.

Design

Pour sa tablette Dell a choisi un design simple que l’on retrouve sur toute la gamme XPS de début 2013 : noir avec une bordure grise d’une matière difficilement identifiable qui semble être du plastique. L’aspect global à l’air résistant, mais en forçant un peu l’ardoise se courbe. Ainsi une pression des doigts à l’arrière de la tablette pourra faire légèrement paniquer l’affichage. Rien de grave ceci dit, il faudra appliquer une pression relativement forte.

À l’arrière on trouve un revêtement « soft touch » ou « peau de pêche ». Du plastique qui a tendance à faciliter la sudation et qui marque facilement sous les doigts. Rien de dramatique là encore, mais cela donne un sentiment un peu « cheap » rarement agréable.

DSC01850

On reprochera aussi à l’XPS 10 ses larges, trop larges bordures. Si elles sont utiles sur un appareil fonctionnant sous Windows RT/8, c’est ici un peu trop. Elles sont larges de 2,4 cm, tout autour de l’ardoise. Avec 27 centimètres de longueur  et 17 de hauteur, cela donne environ une surface de 187,2 cm2 de bordure pour un écran d’environ 264 cm2 (les chiffres ont été arrondis). Du coup, la tablette 10 pouces semble plus encombrante qu’elle ne l’est vraiment.

Avec ses 9,2 x 274,7 x 177,3 mm elle n’est pas non plus particulièrement fine, mais sans que cela soit choquant. Elle est en revanche assez légère avec 635 grammes et se situe dans la moyenne basse des produits équivalents. C’est un peu différent quand y adjoint le dock clavier qui portera la tablette à des dimensions de 23,91 x 274,7 x 177,3 mm pour 1,3 kg. Cela fait lourd pour une tablette quand on peut trouver un véritable ordinateur pour un poids similaire. C’est préjudiciable lors du transport, mais pas à l’usage puisqu’elle sera alors posée.

DSC01856

Au final, l’XPS n’est pas démesurée loin de là, mais on aurait préféré qu’elle soit un peu mieux agencée.

Écran

Comme nous le disions plus haut, l’affichage de l’XPS 10 se fait sur 10,1 pouces de diagonale pour une définition de 1366 x 768, cela donne une densité d’environ 155 ppi. Un peu faible par rapport à la concurrence, mais cela ne choque pas trop à l’œil.

Le rendu des couleurs est d’ailleurs assez bon et parachevé par écran lumineux.  Les angles de vision sont aussi suffisamment larges.

Rien à redire sur le tactile non plus, l’écran multitouch 5 points répond parfaitement et avec précision. Bref l’écran de l’XPS 10 est satisfaisant.

Performances

Difficile de mesurer les performances autrement qu’empiriquement puisque l’on ne trouve pas encore d’outils de benchmark fonctionnant sous Windows RT. Toutefois et à l’usage, la Snapdragon S4 fait bien le job puisque l’on ne note pas de ralentissement sur les pages web et les vidéos en 1080p ne posent aucun problème.  Mieux encore, la tablette gère sans broncher la lecture de vidéo et la navigation Web simultanément. Aucun souci là-dessus.

Capture d’écran-3

Pour ce qui est de l’autonomie Dell fait aussi fort avec une tablette seule qui fonctionnera pendant plus de 6h et 10, voire plus, avec le clavier connecté. C’est un très bon point pour la tablette qui justifie le poids du clavier, et le fait un peu oublier.

Le capteur 5 mpx est plutôt bon en extérieur et donne des résultat largement suffisant pour une tablette qui n’est pas autant utilisée qu’un smartphone à ces fins. Nous vous joignons quelques clichés ci-dessous et dans la galerie.

 image002

Utilisation

Le clavier couplé à Windows RT est toujours un plus surtout devant une tablette livrée avec la suite Office. Si elle ne supplantera jamais un ordinateur en bonne et due forme, il est toujours agréable d’avoir une utilisation qui ne se limite pas à la consommation de contenu.

Le clavier vendu avec l’XPS 10 est d’assez bonne facture et offre une frappe agréable. Légèrement plus petit qu’un clavier d’ordinateur portable, il faudra un petit temps d’adaptation, mais rien de rédhibitoire. On apprécie aussi la présence de deux ports USB et d’une sortie Mini HDMI.

DSC01853

Comme souvent avec les produits Windows RT le seul véritable grief que l’on peut faire et de tourner sous Windows RT. Si l’OS a de très bons arguments avec son environnement « Bureau » ou son multitâche par exemple, on ne peut que déplorer le manque cruel d’applications pour le système d’exploitation. On ne trouve par exemple que quelques jeux qui ne sont pas de la plus grande qualité,  pas de lecteur de fichiers .mkv gratuit ou même d’autres navigateurs comme Chrome ou Firefox.

Difficile à l’heure actuelle de justifier l’achat d’une tablette RT si l’on est consommateur d’applications. Windows RT est encore jeune et cette situation changera, mais pour le moment, ce n’est qu’un point négatif.

Verdict

6

/10

Note JDG

Limitée

Globalement l’XPS 10 s’en sort bien. On peut lui reprocher son écran peu défini ou ses finitions perfectibles, mais son autonomie ses performances globales font d’elle une alternative crédible. Malheureusement la fête est franchement gâchée par la présence de Windows RT qui n’est toujours pas arrivé à maturité.

Il faudra donc se contenter d’une expérience limitée par le système d’exploitation. Dommage.