Nous avons déjà vu passer plusieurs armes à feu imprimées en 3D, mais ces dernières comportaient encore de quelques pièces en véritable métal. Cody Wilson un étudiant en droit de l’université du… Texas a réussi à repousser les limites en réduisant le métal à une seule pièce : le percuteur. Cette dernière qui vient percuter la cartouche nécessite en effet une certaine solidité.

liberator

Les 16 pièces restantes de l’arme baptisée « Liberator » sont imprimées en 3D grâce à du plastique ABS. Elle est capable de tirer des cartouches de calibre standard, et accueille des chargeurs qui le sont tout autant. L’armurier en herbe a fait savoir qu’il partagerait ses plans sur le web.

Afin de se conformer à la réglementation américaine, il a toutefois choisi d’y intégrer une grosse pièce métallique (inutile au bon fonctionnement de l’arme) pour qu’elle soit détectable lorsque c’est nécessaire, dans les aéroports notamment. Une précision qui fait froid dans le dos : les personnes qui auront accès aux plans ne respecteront peut-être pas autant la loi.

[màj] Les plans sont désormais en ligne et une vidéo montrant l’arme en fonctionnement a été publiée.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction