Fraîchement annoncé hier ICI, nous avons pu découvrir les nouveaux ultrabooks de Sony, les Vaio Pro 11 et 13. Vous proposant respectivement un écran tactile Triluminos de 11″ et 13,3″, ils embarquent les nouveaux processeurs Intel Core i5/i7 (Haswell) mais surtout un châssis en carbone avec un poids respectif de 900g et 1kg seulement.

sony-vaio-pro-live-01

Pour le reste des caractéristiques techniques, je vous renvoie vers l’annonce ICI.

Quand vous découvrez pour la première fois ces nouveaux Vaio Pro, vous ne pouvez passer à côté du poids plume de ces nouveaux ultabooks du constructeur japonais. Un peu comme la Sony Xperia Tablet Z par rapport à l’iPad Retina, on retrouve le même effet de surprise, à savoir que c’est léger. 1kg pour un 13,3″ par rapport à 1,3kg pour le MacBook Air 13″, ça se sent tout de suite en main. On aurait pu penser que Sony répondre à l’appel du plastique pour atteindre un tel poids mais que nenni. Les Vaio Pro embarque un châssis en carbone, ce qui se traduit par une finition exemplaire. Les matériaux sont en effet nobles et le design très tranché. Pour ma part donc, je le trouve réussi, maintenant, tout dépend effectivement de vos goûts et couleurs mais les nouveaux Sony Vaio Pro ne laissent pas indifférent.

sony-vaio-pro-live-03

J’ai particulièrement apprécié qu’enfin, Sony ait fait l’effort de s’occuper du dessous de l’ultrabook afin qu’on n’y retrouve plus les éternels grilles d’aération. Ces dernières ont été déplacées sur la tranche et ma foi, ça s’accorde bien avec le design général. Alors oui, ne connaissant pas encore la plateforme Haswell d’Intel, je ne sais pas trop jusqu’où cette nouvelle plateforme est capable de chauffer mais il semblerait que le constructeur japonais et le fondeur américain soient assez confiants sur la dissipation thermique des nouveaux processeurs ULV.

sony-vaio-pro-live-09

On n’oublie pas non plus le nouvel écran estampillé Triluminos et issu de la dernière gamme de téléviseur Bravia. En plus d’être tactile donc, c’est surtout au niveau des couleurs que j’ai été surpris. Je ne m’attendais pas à un contraste aussi marqué. Couplé à une résolution Full HD, j’avoue avoir été séduit par ce combo écran/poids. Quand vous ouvrez l’ultrabook, la charnière surélève un peu le clavier ce qui rend plutôt agréable la saisie.

sony-vaio-pro-live-02

Pour les performances, je ne me fais pas trop de soucis pour tout ce qui touche à la bureautique, au multimédia et à internet. Depuis les dernières générations de processeur chez Intel, c’est surtout du côté des jeux-vidéos que la différence se sent. Sachant qu’avec un Intel HD4000, on pouvait faire tourner certains jeux tranquillement en HD comme Starcarft 2, DOTA2 ou encore FIFA13, il n’y a aucune raison que le nouveau Intel HD Graphics 4400 ne fasse pas mieux.

sony-vaio-pro-live-04

Revenons pour finir sur le clavier. Il est donc un peu surélevé grâce à la charnière et on retrouve les fameuses touches chiclets de la marque. C’est agréable comme toujours et on apprécie le rétro-éclairage ainsi que le large trackpad. Annoncé depuis le CES 2013, les nouveaux Vaio Pro intègre tous le NFC pour simplifier l’appairage avec les appareils audios. Ah oui, petit plus de ces Vaio Pro, ils sont livrés avec un petit routeur WiFi qui se branche au niveau de l’adaptateur secteur et qui remplace efficacement les prises Ethernet via USB.

sony-vaio-pro-live-13

En conclusion, j’avoue avoir été séduit par ces nouveaux ultrabooks de Sony et je pense que l’argument poids a été au dessus de mes espérances. Sony promet une autonomie de 7h avec la batterie standard alors qu’on pourra tirer jusqu’à 15h avec une batterie supplémentaire en option. Sony a annoncé par ailleurs des versions 3G ou 4G en fonction des pays et ces Vaio Pro seront disponibles dès ce mois de juillet. En tout cas, je suis impatient de voir.
Avec un prix qui devrait commencer à partir de 1100€, je vous rappelle qu’il remplace la gamme Vaio Z qui commençait à partir de 1900€. J’apprécie donc l’effort de Sony et sans même l’avoir testé plus longtemps, je pense sincèrement que c’est une bonne machine. La seule chose qui peut me freiner, c’est d’attendre de voir en vrai les concurrents directs.