Les réseaux sociaux, ton univers impitoyable. À chaque nouvelle bévue, on ne cesse de le répéter. Il faut croire que ça ne rentre toujours pas. Photos, statuts sur Facebook ou encore mauvais tweets, même effacés par la suite (les joies d’internet où tout est retrouvable) peut coûter très cher.

L’exemple récent de cette tête de liste du Front National pour les prochaines municipales. Cette dernière avait posté une photo mettant côté à côte un bébé singe et Christiane Taubira avec un « avant/après » et qui, interrogée par une journaliste d’Envoyé Spécial à ce propos, avait tenté de s’extirper d’accusation de racisme et y mettant les deux pieds dedans. Illustration.


Taubira comparée à un singe par une candidate FN par LeHuffPost

Cette démonstration lui a valu de voir sa candidature suspendue par les instances disciplinaires de son parti.

Cette fois-ci, c’est de l’autre côté de l’Atlantique que le drame se noue. La presse américaine aurait eu vent du renvoi d’un membre de l’équipe d’Obama, responsable de la lutte contre la prolifération nucléaire au sein du Conseil de sécurité nationale, Jofi Joseph, 40 ans.

Les griefs qui lui sont reprochés ? Selon le Daily Beast, les propos – jusqu’ici anonymes – tenus sur le compte @NatSecWonk, récemment désactivé, et dont il serait le propriétaire. Ces propos auraient été insultants et critiques à l’égard de politiques américains, républicains et démocrates confondus et notamment contre sa propre administration. Pas de discrimination donc.

You're fired !

You’re fired !

Certainement à l’aise dans son anonymat, le tweeter critique a sans doute « dépasser les bornes des limites » pour l’administration Obama lorsqu’il s’en est pris, sur ce compte ouvert début 2011 (avec pour acronyme de « mordu de sécurité nationale »), à des proches d’Obama, dont sa conseillère et amie, Valérie Jarrett, Ben Rhodes, rédacteur des discours de politique étrangère du président ou encore John Kerry, secrétaire d’Etat. L’un de ses prétendus tweet, reproduit par le Huffington Post

Je suis un fan d’Obama, mais qu’il continue à faire confiance et à dépendre de cette Valerie Jarrett qui ne connaît aucun chiffre m’inquiète« , @NatSecWonk.

Pas très corporate, en effet.

L’homme en question aurait confirmé l’information et s’en explique par mail au journal Politico

Cela a été un privilège de servir cette administration et je regrette profondément d’avoir trahi la confiance placée en moi

Ce qui avait commencé comme une parodie de la culture de Washington est devenu au fil du temps un ensemble de commentaires déplacés et mesquins. J’endosse la responsabilité totale de cette affaire et je présente mes sincères excuses à tous ceux que j’ai insultés

Par ailleurs, un responsable de la Maison Blanche a très sobrement confirmé ce renvoi à l’AFP, sans s’étendre plus que nécessaire

Il ne travaille plus à la Maison-Blanche […] Je ne donnerai pas de détails sur des questions de personnel

Le compte @NatSecWonk est désactivé depuis mardi soir.