La NSA vous espionne sur World of Warcraft et sur d’autres jeux en ligne

Jeux-Video

Par Pierre le

Vous êtes en train de jouer tranquillement à World of Warcraft. Vous montez de niveau dans la joie et la bon humeur dans la Vallée des quatre vents, enchaînant les monstres sans aucun temps mort. D’un seul coup, un rogue ally 90 arrive et commence à vous tuer. Vous revenez à la vie, il vous tue encore, puis encore, puis encore… Là, c’en est trop. Vous décidez d’aller lui toucher deux mots avec un de vos autres personnages. Mais avant de laisser la rage parler, calmez vous un moment et réfléchissez aux conséquences de vos actes. Vous êtes en effet peut-être sur le point d’insulter copieusement un agent de la NSA.

wow_mop_monture_pandarens_tortue_dragon_02_hd

Les documents fournis par Edward Snowden continuent de nous surprendre de jours en jours. Et aujourd’hui, c’est par The Guardian – encore – que les documents confidentiels de la NSA sortent au grand jour. La NSA, en partenariat avec l’agence de surveillance britannique GCHQ, ont en effet infiltré certains jeux ou réseaux pour traquer les terroristes. Ainsi, des agents ont créé un compte Xbox Live, Second Life ou World of Warcraft pour surveiller les joueurs.

Pourquoi donc surveiller les joueurs ? Tout simplement car, selon le document qui date de 2008, certains réseaux terroristes utilisent ces jeux ou réseaux pour communiquer. Ils se pensent ainsi à l’abri du regard des agences de renseignements sur Azeroth ou sur le Live. Cependant, les documents de la NSA ne précisent pas si des terroristes ont été repérés ou même arrêtés grâce à cette surveillance particulière.

Rétroactivement, il est vrai que cette surveillance peut avoir du sens. En 2011, le terroriste norvégien Anders Breivik a affirmé passer du temps sur World of Warcraft, le jeu lui servant de couverture. Néanmoins, il n’est pas certain qu’il ait utilisé le jeu pour communiquer avec d’autres terroristes.

Pour le moment Microsoft n’a pas réagi à l’annonce du Guardian. Le développeur Blizzard a lui affirmé qu’il n’a jamais été mis au courant de ce genre de surveillance.

Source: Source