Archos avait tout d’abord étonné avec sa première GamePad. Une entrée du constructeur français dans un secteur à fort potentiel : celui des tablettes consoles, c’est-à-dire des produits hybrides endossant aussi bien le rôle de tablette Android classique que de console de jeu grâce à des boutons physiques et autres sticks analogiques, croix directionnelle et gâchettes.

Archos_GamePad_2_écran-accueil

Reste que l’essai n’avait pas été transformé avec la première itération de la GamePad. La faute à un hardware en demi-teinte (processeur double coeur à architecture Cortex-A9, écran 7 pouces à technologie TN affichant une résolution faiblarde de 1024 par 600 pixels, 1 Go de RAM…), une autonomie trop faible, une ergonomie peu pertinente et une finition discutable.

Archos a tiré les enseignements du GamePad et revient avec un produit qui en jette sur le papier. Tout semble enfin réuni pour que le GamePad 2 soit à la hauteur des attentes des joueurs. Est-ce le cas ? Réponse dans note test.

Archos_GamePad_2_packaging

Archos_GamePad_2_InZeBox

Caractéristiques

Vous le savez si vous lisez régulièrement nos colonnes, si de bonnes spécifications techniques ne sont pas toujours suffisantes pour faire d’un produit high tech une réussite, elles sont toutefois nécessaires. Clé de voûte de l’édifice, les CPU, GPU, technologie de l’écran, batterie et autres RAM permettent de jauger un produit sans même l’avoir allumé.

De ce côté, Archos a mis les petits plats dans les grands pour une tablette proposée à partir de 179€ (premier prix avec 8 Go de mémoire interne).

À ce tarif, la société d’Henri Crohas s’est tournée vers le constructeur asiatique Rockchip afin d’équiper la GamePad 2 d’un SoC RK3188 gravé en 28 nm. Celui-ci intègre un processeur quad coeur à architecture Cortex-A9 cadencé jusqu’à 1.6 GHz et un GPU Mali-400 MP4 (à 4 coeurs donc). Certes, l’architecture Cortex-A9 a largement été supplantée par l’architecture Cortex-A15 dans de nombreux appareils (sans parler des architectures Krait de Qualcomm qui se rapprochent plus du Cortex-A15 en termes de performances).

Par ailleurs, le GPU proposé ici date un peu puisqu’il était déjà dans le SoC Samsung Exynos 4210 équipant le Galaxy S II ! C’est aussi le GPU qui animait déjà la première GamePad (pas d’évolution de ce côté donc).

Nous verrons toutefois que ce SoC épaulé par 2 Go de RAM permet à la GamePad de tirer son épingle du jeu.

S’il ne s’agit pas d’un avion de chasse, il faut avoir conscience que le choix d’une puce Rockchip a aussi permis à Archos de contenir le prix de la GamePad 2.

Côté écran, exit la dalle à technologie TN de la première GamePad et place à une dalle IPS. La définition ne s’envole pas puisqu’on reste proche du 720p, toutefois elle progresse : on passe ainsi de 1024 par 600 pixels à 1280 par 800 pixels (augmentation du nombre de pixels affichés de près de 67%). Cela se traduit par une finesse de l’écran (résolution) 27% plus importante : elle passe de 169.5 ppp à 215.6 ppp (pixels par pouce). Les couleurs ont un meilleur rendu et l’angle de vision augmente.

La GamePad 2 est déclinée en deux versions : avec 8 Go ou bien 16 Go de mémoire flash interne. On peut toutefois l’étendre à 64 Go grâce à l’emplacement pour carte mémoire microSD. Et c’est tant mieux car de nombreux jeux sont assez gourmands en espace de stockage (Asphalt 8 : Airborne occupe ni plus ni moins que 1.56 Go !).

C’est le modèle avec 8 Go (en fait 6.41 Go réellement disponibles) qui a été testé.

Côté connectivité, la tablette supporte le Bluetooth (pas le 4.0), le Wifi b/g/n (en dual band sur 2.4 GHz et 5 GHz pour le n) ainsi que le Miracast. Pas de support du MHL ou du SlimPort en revanche mais présence d’un port mini HDMI.

On trouve également un APN en façade qui viendra surtout jouer le rôle de webcam (pour une utilisation avec Skype par exemple).

Connectivité

Elément clef s’il en est, il permet à la GamePad 2 de s’ouvrir vers l’extérieur et de lui connecter différents périphériques. Il ne faut donc pas le négliger.

Wifi et autre Bluetooth sont bien de la partie. Mais, s’agissant d’une console, c’est surtout l’aspect redirection de l’affichage que nous avons examiné en détails.

À cet effet, nous l’avons connectée à une HDTV Philips supportant nativement le Miracast sans aucun problème et nous avons également effectué la même manipulation avec un boîtier Miracast (le PTV-3000 de Netgear).

La GamePad 2 s’est connectée sans problème en Miracast à ces deux appareils. Reste que, lorsque la résolution et le framerate s’envolent, l’affichage déporté peine à suivre (avec des volées de pixels). Bien entendu, ce n’est pas la GamePad 2 qui doit être incriminée, le problème apparaissant de la même manière avec d’autres tablettes.

C’est la raison pour laquelle, il peut être préférable de se tourner vers une connexion filaire pour pouvoir jouer sur le grand écran de sa HDTV.

Si vous avez fait l’acquisition d’un adaptateur MHL ou SlimPort, il ne vous sera d’aucune utilité puisque la tablette 7 pouces d’Archos ne supporte aucune de ces normes.

Toutefois, la GamePad 2 dispose d’un port mini HDMI. Il faudra donc acquérir un câble mini HDMi vers HDMI (le câble n’est pas fourni).

Archos_GamePad_2_miniHDMI_USB

Notons que la technologie réserve parfois des surprises. Lors de nos tests, nous avons pu constater que la GamePad 2 peut effectivement se connecter en Miracast à un téléviseur mais on peut aussi déporter l’affichage d’un smartphone ou d’une tablette sur l’écran de la tablette d’Archos. Cela ne marche pas avec tous les terminaux mobiles compatibles Miracast. Le Nexus 4 arrive, lui, à dupliquer son affichage sur la GamePad 2. Entendons-nous, la connexion n’est pas hyper stable dans le temps et peu utile dans la pratique. Mais, tout bon geek qui se respecte ne sera pas insensible à cet usage détourné.

Archos_GamePad_2_Miracast_Nexus_4_vers_GamePad2

Archos_GamePad_2_Miracast_Nexus_4_vers_GamePad2_b

Performances

Pour voir ce que le GamePad 2 a dans le ventre, rien de tel qu’une petite séance de benchmarks. On constate que la console tablette d’Arches fait mieux que se défendre même si elle reste un cran en-dessous des ténors du marché (dans le secteur des tablettes).

AnTuTu :
Archos_GamePad_2_benchmark_Antutu

Quadrant :
Archos_GamePad_2_benchmark_Quandrant

Epic Citadel :
Archos_GamePad_2_benchmark_Epic_Citadel

Vellamo :
Archos_GamePad_2_benchmark_Vellamo

Finition et ergonomie

La GamePad 2 bénéficie d’une excellente finition. Choix des textures pour les plastiques et qualité d’assemblage la démarquent des produits bas de gamme.

Finition glossy en façade (dommage pour la poussière) à l’instar de la PS Vita. Mais finition mate avec plastique légèrement rugueux au dos afin de faciliter la prise en main. Les gâchettes au nombre de 4 sont transparentes (deux de plus que la première GamePad) et allègent ainsi l’allure de la tablette.

Archos_GamePad_2_croix_direc

La croix directionnelle est désormais réalisée avec un même bouton, ce qui s’avère bien plus ergonomique que 4 boutons.

Archos_GamePad_2_gâchettes

Les sticks analogiques sont idéalement placés ainsi que les boutons A, B, X et Y et la croix directionnelle. Rien à redire de ce côté-là.

Il faut dire qu’Archos pouvait difficilement se tromper en s’inspirant autant de la PS Vita.

Archos_GamePad_2_démarrage

ps-vita2

Deux haut-parleurs situés en façade assurent la diffusion stéréo du son. Ils sont suffisamment puissants pour ne pas saturer. Enfin, il est possible de s’isoler parfaitement en jouant au casque même si la prise jack 3.5 mm aurait gagné à être placée dans la tranche inférieure basse.

GameZone et Mapping Tool

Si le hardware est un maillon essentiel, l’aspect logiciel et système d’exploitation doit être à l’avenant du reste.

Avec la GamePad 2, Archos joue la carte de la personnalisation à minima de la ROM stock Android. Un choix probablement judicieux pour rendre disponible au plus vite les dernières versions d’Android.

Reste que pour le lancement, c’est Android 4.2 qui est installé. On aurait pu espérer Android 4.3. On attend donc Archos au tournant sur cet aspect, les mises à jour Android étant un critère important dans le choix d’un terminal Android, voire d’une marque de façon générale.

Pour se différencier des tablettes Android, la GamePad 2 dispose, on l’a vu, de touches physiques. Mais, deux logiciels viennent également améliorer l’expérience utilisateur et faciliter la vie du joueur.

En premier lieu, face à un Google Play très achalandé mais dans lequel on peine parfois à trouver ce qu’on recherche, Archos propose l’application GameZone.

Archos_GamePad_2_GameZone

Il ne s’agit en aucun cas d’un market alternatif à celui de Google mais d’un filtre qui met en exergue les jeux disponibles sur le Google Play et compatibles avec la GamePad 2.

Dans un contexte concurrentiel, l’application Mapping Tool est un véritable plus apporté par Archos. Elle était déjà présente sur la première GamePad mais elle a encore été améliorée.

Cette application permet de faire correspondre les touches tactiles aux boutons, sticks et croix physiques de la GP2 (14 boutons en tout sont dédiés aux jeux sur la GamePad 2).

Le principe est fort simple puisqu’il s’agit de positionner sur l’écran la zone à simuler puis de choisir le bouton physique qui va la prendre en charge. De nombreux jeux sont directement mappés de sorte que vous n’aurez aucune manipulation à effectuer (notamment ceux mis en avant dans GameZone). Toutefois, si ce n’est pas le cas, libre à vous de le créer ou encore de l’importer (tout comme il est possible de l’exporter pour le partager).

De nombreux joueurs apprécieront cet outil qui leur permettra d’opter pour les commandes comme bon leur semble.

Précisons qu’il ne fonctionne qu’avec les jeux qui se jouent en mode paysage (et non portrait).

Nous avons pu l’essayer avec de nombreux jeux (Epic Citadel, Modern Combat 4, Asphalt 8, Another World, After Earth et Assassin’s Creed) et n’avons rencontré aucun souci (en termes de latence, précisions, etc.).

À noter qu’avec un jeu tel que Shadowrun Returns, on ne peut mapper aucun bouton puisqu’il a été développé sans faire appel à des boutons tactiles mais en exploitant l’intégralité de la surface de l’écran. Avec ce jeu en 3D isométrique, on déplace la caméra en plaçant un doigt sur l’écran et en le déplaçant. Pour déplacer votre personnage, il suffit de pointer du doigt, l’endroit où vous désirez qu’il se rende.

Petit aparté sur ce jeu et Plants vs Zombies 2 avec lesquels, nous avons constaté que le dos de la GamePad 2 chauffait beaucoup. Toutefois, rien d’exceptionnel puisqu’avec les mêmes jeux, on constate que la Nexus 7 2013 chauffe également beaucoup. C’est probablement la limite avec ce type de terminaux qui ne disposent que d’un refroidissement passif alors que les GPU (ainsi que les CPU) sont de plus en plus puissants et sollicités.

Multimédia

Haut-parleurs puissants et possibilité de diffuser du contenu sur l’écran d’une HDTV (en filaire ou sans fil) font de la GamePad 2 un véritable terminal multimédia.

C’est d’autant plus vrai qu’Archos a préinstallé l’appli Archos Video qui s’avère très complète. Complète, voire exhaustive, pour les types de fichiers qu’elle est capable de lire mais aussi pour ses fonctionnalités. On peut ainsi parfaitement accéder à ses serveurs distants en DLNA pour steamer du contenu (Plex, NAS de la Freebox…).

Archos_GamePad_2_vidéo_720p

Au détour d’un DivX, on est malheureusement tombé sur un fichier dont le son était encodé en AC3. Un message vous indique alors d’aller faire un tour sur le Google Play

Sur cette injonction, « Archos Video All Codecs Plugins » a été installée (l’occasion de voir également que pour lire du MPEG2 via l’application vidéo d’Archos, il faudra débourser 5€ afin d’acheter « Archos MPEG-2 Video Plugin »). Mais rien n’y a fait, le codec audio AC3 n’étant toujours pas supporté.

Qu’à cela ne tienne, d’autres applications telles que Plex ont pu lire sans problème le DivX en question.

Une caméra en façade complète l’arsenal de la GP2. Ne pensez pas à prendre de photos avec puisqu’elle n’est pas d’excellente qualité. Elle s’avère toutefois fort pratique pour jouer le rôle de webcam.

Ajoutons à tout cela que l’application Android gratuite Archos Remote permet de télécommander la tablette (n’importe quelle tablette Archos en fait) à distance via le Wifi (pratique lorsqu’elle est connectée en HDMI à un téléviseur). On peut ainsi gérer le lecteur vidéo ou l’appli de visionnage de photos à distance.

Conclusion

7

/10

Note JDG

Retrogaming

Archos a su apprendre des leçons du passé et des faiblesses du premier GamePad. Son successeur, le GamePad 2, ne souffre d’aucune faiblesse majeure. Avec une autonomie qui permet de tenir 1.5 jour et un plaisir de jeu au rendez-vous, on peut indéniablement vous conseiller cette tablette console de jeu, véritable coup de coeur en cette fin d’année 2013. Reste que la concurrence est rude avec la PS Vita dont le prix a baissé (et des jeux qui commencent (enfin) à arriver depuis plusieurs mois (Dragon’s Crown, Tearaway, Killzone, etc.)) mais aussi la JXD S7800 (également dotée du SoC RK3188) et plus récemment la JXD S5800 (SoC MediaTek MTK6582 avec CPU Cortex-A7 quad coeurs). Mais la GamePad 2 dispose du Mapping Tool qui constitue un véritable plus différenciant. De plus, au gré d’une prochaine mise à jour, elle devrait supporter le contrôleur DualShock 3.