Les États-Unis ne sont pas la seule cible des hackers. En Corée du Sud, un pirate a réussi à subtiliser les coordonnées bancaires de 20 millions de personnes, soit… 40% de la population du pays.

Korean-Hack

L’affaire s’est déroulée au sein du Korea Credit Bureau, l’organisme qui gère les enquêtes de crédit pour les possesseurs de cartes au pays, soit toute la population. Un employé free-lance spécialiste IT a volé ces précieuses informations – cet employé indélicat a pu être arrêté, au contraire du hacker russe qui s’est attaqué à la base de données de Target aux États-Unis (110 millions de comptes compromis). Cependant, il est possible qu’il ait pu vendre à un ou plusieurs tiers les données bancaires de ses victimes, c’est pourquoi le régulateur des finances coréen, aidé par les sociétés de cartes de crédit, a assuré que les éventuelles pertes seraient couvertes.

En plus de l’arrestation du hacker, les CEO des trois entreprises de cartes de crédit se sont publiquement excusés, comme on le voit sur la photo ci-dessus.

La Corée du Sud est fréquemment soumise à des attaques : en 2012, 8,7 millions de comptes de KT Corp, le deuxième opérateur téléphonique au pays, ont été compromis. L’année précédente, ce sont les comptes de 13 millions de joueurs du réseau Nexon qui ont reçu la visite d’un groupe de pirates.