Depuis juin 2013 et les premières révélations d’Edward Snowden sur l’ampleur de l’espionnage perpétré par la NSA pour le compte du gouvernement américain, 7 mois se sont écoulés et autant de découvertes sujettes à polémiques sur les intrusions massives de la NSA dans la vie privée des citoyens du monde entiers mais également des entreprises, gouvernements et leaders mondiaux.

NSA_Obama_discours

Une catastrophe diplomatique à l’échelle planétaire, les États-Unis se devaient de réagir pour clarifier, rassurer, justifier voire modifier certaines de ces pratiques incriminées. C’est par la voix de son président que les États-Unis ont entrepris d’éteindre l’incendie. Ce discours était donc particulièrement attendu bien qu’aucune réelle remise en cause du système n’était véritablement espérée.

Et pour cause : Barack Obama a certes concédé que le programme d’espionnage mis en œuvre depuis le 11 septembre s’était fait à grande échelle et sans véritables garde-fous

les critiques ont raison de dire que sans garde-fous appropriés, ce genre de programme pourrait être utilisé pour obtenir davantage de renseignements sur nos vies privées, et ouvrir la voie à des programmes de collecte plus indiscrets

Il s’est donc engagé à présenter une nouvelle « directive présidentielle » censée garantir transparence et protection de la vie privée. Néanmoins, beaucoup sont restés sur leur faim tant certaines questions sont restées sans réponses et ce discours semble dire : on va arranger la forme pour satisfaire à quelques revendications mais on ne changera rien sur le fond. En filigrane, une véritable ode à la NSA transparaît.

Passé, présent futur

Le 11 septembre a changé le paradigme prégnant, le nouveau paradigme qu’il a mis en place suggère que de « vrais ennemis et menaces » sont présents partout avec des moyens technologiques importants ; pour « empêcher des attaques terroristes ou des cyber-menaces »  les services de renseignement jouent un « rôle essentiel », cette lutte ne peut se faire sans une certaine capacité à « pénétrer des communications numériques ».

L’impératif de sécurité national prime.

Métadonnées

La première à avoir émergé et la plus polémique de toutes les révélations. La récolte massive de métadonnées (qui appelle qui, quand, où, combien de temps sans le nom ou le contenu de la conversation) se poursuivra :

Etre capable d’examiner les connexions téléphoniques pour établir si un réseau existe est crucial

Néanmoins, la conservation de ces données ne sera plus du ressort de la NSA (et donc du gouvernement)

Je donne l’ordre d’une transition qui mettra fin au programme de collecte en masse des métadonnées tel qu’il existe aujourd’hui aux termes de la section 215 [du Patriot Act], et qui établira un mécanisme qui préserve les capacités dont nous avons besoin, sans que le gouvernement détienne ces métadonnées

Qui conservera ces données ? Opérateurs (qui ne se sont pas montrés très enclins à récupérer cette patate chaude), FAI, organisme indépendant ? C’est le Congrès qui devra le déterminer lors de la réautorisation de l’article 215 du Patriot Act le 28 mars prochain.

Par ailleurs, l’accès à ces métadonnées sera réglementé. Durant cette période de transition (jusqu’au 28 mars), les agents de la NSA ne pourront questionner la base de données qu’après une « décision judiciaire », rendue par le Procureur général en lien avec le Tribunal de surveillance du renseignement extérieur (FISC), ou une véritable urgence. Les agents de la NSA devront également se limiter à deux degrés de séparation dans leurs recherches de suspects lors de l’analyse de la base de données, contre trois actuellement.

NSA_Obama_Snowden_discours

Citoyens américains et étrangers

Lorsqu’il tente de rassurer, justifier et clarifier, Barack Obama s’adresse surtout aux citoyens américains :

Je fais ces observations pour souligner que les valeurs fondamentales de la plupart des américains quand il s’agit de questions de surveillance et de vie privée convergent bien davantage que les caractérisations brutes qui ont émergé depuis plusieurs mois [les révélations et polémiques en tout genre, ndlr]. Ceux qui sont préoccupés par les programmes existants ne sont pas intéressés par une répétition du 11 septembre, et ceux qui défendent ces programmes ne méprisent pas les libertés civiles

Il s’appuie énormément sur cette date tragique, et fait vibrer la fibre patriotique en réveillant la nation toute puissante qui doit se protéger d’une menace extérieure mais peut-être aussi intérieure. En tant qu’« unique super puissance mondiale », les États-Unis ont un devoir envers le reste du monde : ils se doivent de détenir les moyens de leurs ambition.

Nos capacités aident à protéger non seulement notre propre nation mais également nos amis et alliés. Nos efforts seront efficaces uniquement si les citoyens d’autres pays ont confiance dans le fait que les États-Unis respectent également leur vie privée

En ce sens, le président Obama a demandé que la protection juridique couvrant les citoyens américains soit étendue aux citoyens étrangers. Le Procureur général devra ensuite définir la durée pendant laquelle ces données pourront être conservées et les restrictions éventuelles quant à leur utilisation.

Gouvernements et leaders étrangers

Les révélations sur l’espionnage des dirigeants étrangers avaient fortement heurté le Brésil, l’Espagne mais également l’Allemagne et sa chancelière, Angela Merkel, qui a peu apprécié de voir son téléphone personnel mis sur écoute.

Les dirigeants des pays amis et alliés doivent savoir que si je veux connaître leur point de vue sur une question, je décrocherai mon téléphone et je les appellerai, plutôt que d’avoir recours à la surveillance […] J’ai été très clair vis-à-vis de la communauté du renseignement : à moins que notre sécurité nationale ne soit en jeu, nous n’espionnerons plus les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis

Pour les autres c’est une autre histoire.

Vie privée sur Internet : Facebook, Yahoo, Google etc.

L’une des révélations qui avait fait couler beaucoup d’encre fait partie de l’article 702 du FISA Amendments Act dont le programme PRISM (supervisé par le FISC) fait partie. Ce dernier permet à la NSA de surveiller les communications étrangères hors du territoire américain. Pour autant, Obama ne s’est pas attardé sur la question, tout juste a t-il assuré que des « protections supplémentaires » seraient mises en place en lien avec le Procureur général et le DNI (Director of National Intelligence).

Lorsque l’affaire a éclaté au grand jour, la polémique avait éclaboussé Google, Yahoo et autres géants du web accusés de laisser des backdoors ouvertes à la NSA ou de leur fournir des informations sur leurs utilisateurs (obligation rendue notamment possible par les Lettres Nationales de Sécurité). Ces derniers, ayant peur de perdre la confiance de leurs clients avaient répliqué dans une lettre ouverte réclamant une « réforme des pratiques de surveillance des États-Unis ».

Retour à l’envoyeur

Il a été reconnu par tous ceux qui ont participé à ces discussions que les défis concernant notre vie privée ne viennent pas uniquement du gouvernement. Des entreprises de toutes formes et de toutes tailles, traquent ce que vous achetez, stockent et analysent vos données et les utilisent à des fins commerciales

NSA_Obama

Lettres de sécurité nationale

Lorsque le FBI enquête sur des menaces, ces lettres de sécurité nationale leur permettent d’exiger de certaines sociétés (généralement liées à Internet) de fournir des informations spécifiques. En plein scandale PRISM, Google avait demandé la permission à la FISC de publier le nombre de requêtes reçues par la NSA, permettant de révéler l’ampleur de la pratique mais surtout le fait qu’ils y sont contraints.

Ces lettres ne seront pas supprimées. Comme le reste, des garde-fous seront mis en place et le secret entourant ces demandes ne sera plus « indéfini » et comprises dans un délai imparti.

Les fournisseurs de télécommunications quant à eux ne seront plus tenus au secret concernant ces demandes, ce qui devrait les satisfaire.

La sécurité nationale comme philosophie politique de surveillance

Comme la clairement exprimé Barack Obama tout au long de son discours :

Nous ne pouvons pas désarmer unilatéralement nos agences de renseignement. Nous savons que les services de renseignement d’autres pays – y compris ceux qui simulent la surprise concernant les révélations de Snowden – sondent constamment nos réseaux gouvernementaux et privés, et font de leur mieux pour écouter nos conversations, intercepter nos emails ou pour compromettre nos systèmes. En attendant, un certain nombre de pays, y compris ceux qui ont fortement critiqué la NSA, reconnaissent en privé que l’Amérique a des responsabilités spéciales en tant qu’unique superpuissance mondiale ; nos capacités sont essentielles pour assumer ces responsabilités

Par ailleurs, il tient à préciser que la nouvelle directive présidentielle précise que les États-Unis recueillent des données électromagnétiques à des fins « légitimes » de sécurité nationale : « nous ne rassemblons pas de renseignements pour fournir un avantage compétitif aux sociétés américaines, ou des secteurs commerciaux des États-Unis ». Certains doutent franchement de cette dernière vérité.

« J’ai dit clairement à la communauté du renseignement que – à moins qu’il y ait un but de sécurité nationale impérieux – nous ne surveillerons plus les communications des chefs d’États et de gouvernement de nos amis et alliés » et il prévoit « d’approfondir [leur] coordination et coopération » afin de rétablir une confiance légèrement élimée…

Des impératifs de sécurité nationale donc qu’il énumère ainsi : « contre-renseignement ; anti-terrorisme ; contre-prolifération ; cyber-sécurité ; protection des forces pour nous et nos alliés ; combat du crime transnational, y compris le contournement des sanctions. » Avec des contours aussi larges que flous, la récolte aux informations risque de l’être tout autant.

NSA_espionnage_Obama

Le coup de grâce clôture son discours et résume bien la philosophie des États-Unis en matière d’espionnage :

« Maintenant laissez-moi être clair : nos agences de renseignement continueront à réunir des informations sur les intentions des gouvernements à travers le monde » comme le font tous les autres pays

Nous n’allons pas nous excuser simplement parce que nos services sont peut-être plus efficaces

Néanmoins,  il donne des gages comme autant de garde-fous en assurant que les États avec qui ils collaborent « devraient être confiants » sur la manière dont ils les traitent. Le Département d’Etat nommera un officier supérieur chargé de coordonner la diplomatie sur les questions liées au renseignement d’origine électromagnétique et un haut fonctionnaire à la Maison Blanche sera nommé afin d’appliquer les nouvelles sauvegardes de la vie privée annoncées.

À ceux qui se poserait des questions sur ces pratiques pour le moins intrusives, Obama leur répond qu’« en tant que nation qui a développé Internet, le monde s’attend à ce que nous nous assurions que la révolution numérique fonctionne comme un outil  de liberté pour l’individu plutôt qu’un outil de contrôle du gouvernement ». Il en profite au passage pour tacler Russes et Chinois :

Personne ne s’attend à ce que la Chine ait une discussion ouverte au sujet de leurs programmes de surveillance, ou que la Russie prenne en considération les problèmes de vie privée de ses citoyens

Le président Obama devrait pourtant savoir qu’il a un allié en la personne de Poutine concernant l’espionnage que son pays pratique…

Snowden_NSA_traitre_héros

Edward Snowden, traître ou héros ?

Prétextant qu’une enquête a été ouverte et qu’il ne souhaite pas s’attarder sur « ses actions et motivations » Barack Obama a fait mine d’éluder la question et de ne pas se prononcer alors que ses paroles trahissent son ressentiment. Sans le whistleblower, aujourd’hui réfugié en Russie, ce discours n’aurait peut-être jamais vu le jour.

Je dirais que la défense de notre nation dépend en partie de la fidélité de ceux auxquels nous avons confiés les secrets de notre nation. Si toute personne qui s’oppose à la politique du gouvernement peut prendre [ces secrets] dans ses mains et divulguer publiquement des informations classifiées, alors nous ne serons jamais en mesure de garder notre peuple en sécurité, ou de conduire une politique étrangère.

En outre, la manière sensationnelle avec laquelle ces informations sont sortis a plus jeter de l’huile sur le feu qu’apporter une lumière sur des faits, tout en révélant à nos adversaires des méthodes qui pourraient influer sur nos opérations de façon que nous pourrions bien ne pas comprendre avant des années

À la question : traître ou héros ? qui apparaît depuis le début de l’enquête, Barack Obama ne semble pas tergiverser sur la question…

 

Comme l’analyse très justement Le Monde, dans leur lutte contre le terrorisme, la mise sous surveillance de toute la planète se trouve justifiée. Cependant, les documents de la NSA dévoilés par Snowden montrent que cet espionnage sert prioritairement les intérêts des États-Unis dans une « guerre économique, diplomatique et politique. » Plus que des impératifs de sécurité nationale, c’est son « influence dans le monde » qui est en jeu.

 

Le discours intégral de Barack Obama sur le programme de surveillance de la NSA en VO

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction