Preview : Mullins, ou comment AMD compte voler les tablettes x86 à Intel

Microsoft

Par Jerome le

Le voile sur la nouvelle génération des APU mobile et ultramobile d’AMD est enfin levé. Comme prévu, elles répondent aux doux noms de Mullins et Beema. Deux objectifs pour la marque : conquérir le marché des tablettes x86 pour faire la nique à Intel avec ses Mullins  et s’implanter durablement sur le marché des Notebook/Ultrabook en offrant (enfin) des petits PC avec des performances dignes de ce nom et croquer les processeurs Haswell « Ultra low Voltage » au passage avec les Beema.

Si les Beema sont finalement assez classiques avec leurs TDP de 10 ou 15 Watts, les Mullins sont un peu plus intéressantes puisqu’après les timides Temash, elles se veulent être le renouveau d’AMD sur le marché des tablettes. Cri du désespoir diront les pessimistes.

DSC04230

La marque décline les Mullins en trois nouveaux SoC. Par ordre de performances croissantes : E1 Micro‐6200T, A4 Micro‐6400T et enfin A10 Micro‐6700T. Sur les deux premiers, les graphismes seront assurés par une partie graphique Radeon R2, la dernière opte pour une Radeon R6. Elles possèdent respectivement 2 et 4 cœurs pour des fréquences maximales de 1,4, 1,6 et 2,2 GHz pour des TDP de 3,95 et 4,5 W. Les parties GPU sont quant à elles respectivement cadencées à 300, 350 et 500 MHz et possède toutes 128 cœurs graphiques. C’est bien beau, mais qu’est ce que cela vaut vraiment ?

Nous avons eu la chance d’approcher des tablettes de référence de la marque afin de faire tourner quelques benchs et se rendre compte des performances de la bête. Ces dernières embarquaient l’APU le plus haut de gamme de la série, épaulé par 2 Go de RAM, et tournaient sous Windows 8.1 (64 bits) affiché sur un écran Full HD. Notons que la fréquence de base du CPU est de 1,2 GHz.

Screenshot (17)

AMD était en embuscade, il faudra désormais le prendre au sérieux. La tablette de références se comporte admirablement. Si l’on met de côté quelques bugs de jeunesse, prototypes obligent, il est assez étonnant de voir que l’ardoise arrive ne serait-ce qu’à faire tourner 3Dmark 11 là où les Bay Trail concurrentes de Santa Clara restent parfois muettes ou atteignent 184 points dans le meilleur des cas. Elles affichent également un score honorable du 1194 sur PCMark 8.

Évidemment il ne faut pas s’attendre aux performances d’un APU traditionnel au TDP plus élevé puisque les démos de 3DMark 11 (preset « performances ») ne dépassaient pas les 4 images par seconde pour un score combiné de 541 sur batterie, mais le fait que cela fonctionne est déjà appréciable en soi. AMD l’a joué franc-jeu en nous précisant que la cadence de ses puces était légèrement revue à la baisse sur batterie pour économiser de l’énergie.

Screenshot (16)

Ce n’est pas d’ailleurs pas forcément plus mal puisque nous nous sommes étonnés de voir que nous n’avions drainé que 40% des accumulateurs après une matinée de tests musclés. Un rapide calcul permet d’envisager 6h40 de fonctionnement, en faisant tourner des Benchmarks en boucle. C’est le nerf de la guerre et apparemment les optimisations d’AMD fonctionnent. Il faut toutefois tempérer en disant que la batterie affichait une capacité d’environ 10 000 mAh selon AMD, et il semblerait étrange que les tablettes des partenaires d’AMD optent pour des batteries aussi largement dimensionnées, dans le futur.

AMD mise également sur les usages pour convaincre en proposant par exemple des solutions de recopie vidéo sans-fil (voir notre galerie). On pourra également citer quelques technologies plus anecdotiques, mais étudiées pour l’effet « wahou ». « Face login » en est la meilleure illustration. Comme son nom l’indique, cela permet de déverrouiller sa tablette en se mettant devant le capteur frontal. Ce qui rappelle d’ailleurs étrangement la Xbox One.

DSC04236

Le jeu est évidemment une cible prioritaire pour la marque, et compte bien utiliser comme arguments son savoir-faire et son image. Encore une fois cependant, les performances ne sont qu’une partie de l’histoire. C’est encore pour favoriser le côté « usage » que le projet Discovery sorte de manette pour la tablette a été pensé. C’est assez bien fini et cela se prend bien en main, cela n’en reste pas moins bien trop lourd pour être utilisé à bout de bras. Malheureusement, le prototype n’était pas fonctionnel, nous n’avons donc pas pu jugé de sa réactivité.

La marque n’a pas souhaité annoncer de partenaires pour le moment. Elle nous a toutefois confirmé qu’ils seront annoncés durant le Computex, pour des machines qui arriveront sur le marché pour la rentrée scolaire. L’idée est ainsi de surfer sur la vague « Back to School ». Il faudra donc encore attendre un peu pour se prononcer définitivement sur les capacités de ces nouvelles puces, il est tout cas certain que cette première approche est pour le moins prometteuse.