Arnaud Montebourg souhaite toujours un retour à trois opérateurs

Business

Par Jerome le

Arnaud Montebourg ne veut rien lâcher. Après avoir tenté de pousser Vivendi à revendre SFR à Bouygues, le ministre du Redressement productif et du numérique poursuit son militantisme pour le retour à trois opérateurs.

montebourg

Lundi, l’homme invitait déjà Bouygues Telecom à se marier avec un autre opérateur plutôt que de licencier. Le Figaro rapportait alors que l’opérateur prévoyait de supprimer 1500 à 2000 postes.

« Il est assez incroyable que dans un secteur en croissance nous ayons des plans sociaux »

avait-il déclaré durant une conférence de presse avant d’assurer qu’il était « parfaitement possible aujourd’hui à deux opérateurs de fusionner et monsieur Bouygues est parfaitement en mesure d’imaginer des solutions avec d’autres que SFR. Je l’y invite, il le sait, je le lui ai dit ». 

Il est revenu hier à la charge lors d’un colloque sur le déploiement du haut débit, cité par La Tribune :

 Nous y arriverons, nous ferons trois opérateurs capables d’investir, qui cessent de détruire de l’emploi, de s’entretuer – et pas seulement dans les colonnes des journaux, mais également dans des batailles spéculatives – pour enfin construire avec l’État une stratégie de révolution numérique. 

Conscient tout de même que l’État n’est pas omnipotent, il a tenu à tempérer :

« La consolidation des opérateurs, on s’en occupe. On n’a pas toujours réussi, parce que vous le savez le marché est libre, les conseils d’administration sont libres ». Sans omettre évidemment que l’État était actionnaire d’Orange à hauteur de 27%.

Une remarque importante, car il ne faut pas oublier que Stéphane Richard a récemment tendu la main à Bouygues Telecom. Étrange coïncidence.