Google hier, Microsoft aujourd’hui. La firme de Redmond a alerté les autorités concernant l’un de ses utilisateurs en possession d’images pédopornographiques sur son compte OneDrive.

microsoft_tip_off_pedophile

Comme nous l’apprend The Verge, le géant du software a récemment dénoncé un homme aux autorités qui a depuis été arrêté et inculpé pour réception et partage d’images pédopornographiques à travers son compte OneDrive. Ce n’est pas une première puisque le site rappelle que la compagnie a déjà fait de même l’année dernière pour des faits similaires.

Grâce à PhotoDNA, technologie développée par Microsoft, la firme scanne les emails et les images stockées sur le cloud, l’algorithme reconnait les images illicites quand bien même elles auraient été modifiées. Plusieurs compagnies dont Google, Twitter et Facebook utilisent cette technologie de Microsoft qui aide à la constitution d’une base de données de photos illégales.

Rien de surprenant puisque Microsoft et Google sont partenaires dans cette lutte contre la pédocriminalité. En effet, lorsque, sur demande du premier ministre britannique, David Cameron, Google avait développé un nouvel algorithme permettant de bloquer certaines requêtes débouchant sur du contenus illicites, Eric Shmidt précisait que Microsoft avait apporté une aide toute particulière au développement et au partage d’une technique – un algorithme – de détection d’images frauduleuses. Algorithme déployé également sur Bing et Yahoo!.

Par ailleurs, le PDG de Google avait ajouté qu’ils travailleraient de concert avec l’Internet Watch Foundation (IWF) et le Centre National américain pour les enfants disparus et exploités dans leur combat contre la pédocriminalité en ligne.

Voilà donc chose faite. Tout comme Google, Microsoft assure que cette analyse des emails n’est effectuée qu’à des fins de détection d’images pédopornographiques. Cependant, contrairement à Google, Microsoft ne s’en sert pas pour proposer par la suite des publicités ciblées en fonction des mots-clés repérés en scannant les emails.