Le Japon réagit de la manière la plus japonaise possible aux menaces que l’État islamiste (EI) profère.

Japonais otages

L’actualité est assez brûlante sur tout ce qui concerne l’EI et la dernière en date est la prise en otage de deux ressortissants japonais, exposés dans une vidéo mise en ligne sur YouTube hier.

L’homme en noir au centre de la vidéo représente l’EI qui réclame ainsi 200 millions de dollars au gouvernement japonais sous peine de voir Kenji Goto (à gauche) et Haruna Yukawa (à droite) exécutés de sang-froid, comme ça a été le cas pour un certain nombre de journalistes occidentaux ces derniers mois.

Sauf que l’internet japonais n’est pas impressionné. C’est le moins que l’on puisse dire et décide spontanément, dans un élan incroyable d’humour noir (ou de méconnaissance des enjeux, c’est au choix), de s’amuser avec des mèmes autour de cette image véhiculée par la vidéo. Comme le précise le Japan Times, la volonté est de ridiculiser l’EI sur les réseaux sociaux, endroit où les fondamentalistes concentrent beaucoup d’efforts de communication.

Les auteurs de ces montages photo se sont regroupés sous le hashtag #ISISクソコラグランプリ, qu’on pourrait traduire par « Le Grand Prix du Photoshop Pourri de l’EI ». Et ça donne donc des choses comme ça (merci à Kotaku d’avoir procédé à cette hilarante sélection) :

Intégriste X Hare Hare Yukai

L’intégriste, nouveau personnage de Super Smash Bros.

L’intégriste, ravisseur des Flobio

Flobios integristes
(source)

Et, mon préféré, le ninj’intégriste.

Toutefois, il semblerait que de nombreux utilisateurs japonais utilisent le hashtag pour exprimer leur scepticisme sur cette moquerie en règle contre l’EI et déplorent même une forme d’imprudence.

Twitter otages jap1

Twitter otages jap2

La satire n’est pourtant pas dans les moeurs des Japonais qui avaient notamment beaucoup de mal à comprendre le contexte de l’état d’esprit des Français après les attentats de Charlie Hebdo. Quoi qu’il en soit, ces montages humoristiques démontrent le choc des cultures entre les intégristes et les otakus sur Twitter.

Deux mondes.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction