Adblock, vendu, laissera passer les « publicités acceptables »

Business

Par Elodie le

Alors qu’Adblock Plus, édité par la société allemande EyeO, se voit une nouvelle fois conforté dans sa légalité, l’extension AdBlock annonce simultanément sa vente et l’adoption de la politique des « publicités acceptables ».

adblock_vendu_publicités_acceptables

C’est par une annonce en forme de pop-up que Michael Gundlach, créateur de l’extension AdBlock qui revendique 40 millions d’utilisateurs, a diffusé la nouvelle vendredi 2 octobre. Pour peu que vous utilisiez AdBlock sur votre navigateur, vous avez vu un petit encart apparaitre : « Salut, je suis Michael, le créateur d’AdBlock. Excusez l’interruption ! »

Ce dernier d’expliquer qu’il « participe désormais au programme de publicités acceptables » d’Adblock Plus, son principal concurrent édité par la société allemande EyeO.
Comme nous vous l’avons précédemment expliqué, ABP bloque les publicités, cependant certaines entreprises peuvent figurer sur sa liste blanche pour peu qu’elles consentent à respecter le programme de « publicités acceptables » d’ADP : des publicités identifiées comme telles (pas de publi reportage déguisé), statiques – sans animation ou son – et non invasives — qui n’interfèrent pas avec le contenu).

Néanmoins, certains éditeurs et entreprises ont contesté sa légalité dénonçant un racket d’EyeO. Pour les plaignants, la société allemande fait payer chèrement ce ticket d’entrée, dont ce serait acquitté Google, Microsoft et Amazon notamment, ce dont se défend EyeO.
Seules les firmes dont les publicités excèdent les 10 millions d’affichages non bloqués par mois passent à la caisse, précise le porte-parole d’EyeO, et les montants versés dépendent des revenus gagnés grâce à ces annonces filtrées. Le Financial Times, repris par The Verge avance le chiffre de 30% des recettes, un montant colossal pour une société comme Google notamment, qui tirent 90% de ses gains des revenus publicitaires.

Adblock-Plus-marché-vidéo-640x392

Mais ce système n’a rien d’illégal puisque récemment encore, Adblock Plus a été conforté dans sa légalité par la justice allemande… pour la troisième fois.
Si EyeO s’est félicité de cette décision, la société a annoncé la création d’un comité indépendant d’ici à 2016 chargé de choisir qui peut figurer dans le programme.
Cette déclaration semble avoir emporté l’adhésion d’AdBlock au programme de « publicités acceptables » de la société. Michael Gundlach explique son revirement dans le post-scriptum de sa note : jusqu’ici il jugeait cette politique arbitrale, EyeO décidant ce qui est acceptable ou non tout en recevant de l’argent des annonceurs pour figurer dans sa white list. Un mélange des genres qui n’aura plus cours avec le comité d’éthique censément impartial et indépendant, « J’aime cette idée ».
Un comité qui sera composé de représentants de la publicité, de l’édition (médias) et du public (internautes) précise The Guardian.

Dans ce post-scriptum annonçant donc cette mini-révolution, Gundlach en évoque une tout aussi importante, mais de manière quasi anecdotique : « Par conséquent, je vends ma compagnie ».
Ni plus, ni moins, et surtout il ne livre aucune information sur la personne/groupe/société qui rachète AdBlock, ou sur le montant de la vente. Tout juste assure-t-il que l’acheteur met en place le programme de publicités acceptables et que « le directeur général qui travaille avec moi depuis des années continuera à travailler avec la nouvelle société ».

adblock_michael_gundlach

Cette question est désormais sur toutes les lèvres : mais qui a donc racheté AdBlock ? Une question qui amène une réponse nécessaire à un moment où le marché des adblockers est un plein essor et connait une croissance folle.

Se pourrait-il qu’EyeO se cache derrière ce rachat mystérieux, comme le pense nombre d’internautes ? Selon les sources de Business insider ce ne serait pas le cas même si EyeO se dit « ravi d’accueillir AdBlock dans le programme Acceptable Ads ».
Le site NextWeb est allé puiser ses informations directement à la source, mais les employés d’AdBlock ont fait savoir que la personne ou la compagnie qui avait acheté AdBlock a expressément demandé à rester anonyme.

Le mystère reste donc entier.

Précision importante : tout comme sur Adblock Plus, le programme de « publicités acceptables » est une fonction activée par défaut et donc… désactivable à tout moment dans les paramètres de l’extension.

Source: Source