Des ingénieurs dévoilent le premier processeur qui utilise de la lumière pour communiquer

Hardware

Par le

Alors que dans le domaine de la communication, la fibre optique est ce que l’homme sait faire de plus rapide pour transmettre des informations d’un point à un autre, il se pourrait bien que ce type de technologie, ou du moins que l’utilisation de la lumière, fasse son apparition sur le marché des processeurs.

engineersdem

Les ingénieurs en question viennent de l’université de Californie, et leur processeur est le premier au monde à utiliser des photons pour transmettre de l’information, en dehors de la puce, aux autres puces et au reste du système.

Les ingénieurs ont réussi à faire cohabiter deux cœurs, 70 millions de transistors et 850 composants liés à la gestion de la lumière dans une puce de 3×6 millimètres. Ils sont même allé jusqu’à la construire cette puce du futur.

Les avantages de la lumière sont nombreux et la plupart sont déjà connus dans le domaine de la fibre optique. Il s’agit de transporter beaucoup d’information, très vite, sur de grandes distances et en demandant moins d’énergie. Si cette technologie a permis d’apporter une plus grande bande passante à la communication entre les ordinateurs, il reste que l’amener dans un processeur n’est pas des plus aisé.

Les ingénieurs ont lancé quelques tests sur la puce pour savoir ce que leur invention avait vraiment dans le ventre, et même si il ne s’agit que d’un prototype, il s’est avéré que cette puce d’un nouveau genre avait une bande passante au millimètre carré plus de 10x supérieure aux puces entièrement électriques actuellement sur le marché.

Une des conséquences directe serait ainsi de rendre nos datacenters plus verts. En effet, les serveurs traitants toute l’information des grandes entreprises consomment beaucoup, et tout ce qui permettrait de réduire leur facture énergétique serait forcément une bonne nouvelle et plus écologique.

Les applications que l’on peut trouver à une telle technologie sont nombreuses, les datacenters sont loin d’être la seule chose possible avec ces processeurs. On peut imaginer que certains capteurs qui reçoivent aujourd’hui une information lumineuse seront bientôt capable de la transmettre sans même avoir besoin de la traduire en électricité. Quoi qu’il en soit, cette technologie s’adapte très bien à ce que nous sommes déjà capables de faire et pourrait donc évoluer très très vite.

Source: Source