Le groupe Electromagnetic Systems, fournisseur de l’entreprise de défense General Atomics (GA-EMS), a annoncé que ses railguns (“canons électriques”) ont passé les tests de l’armée américaine à l’Army Dugway Proving Ground (dans l’Utah). Les projectiles tirés par l’arme de 3 méga-joules, ont subi des accélérations de plus de 30 000 G et ont dépassé Mach 6, ce qui est bien supérieur à la vitesse du son.

ONR 32MJ electromagnetic railgun (EMRG)

Les deux sociétés, qui testent ce genre d’armes depuis 2012, prévoient d’augmenter encore la puissance de leurs armes. Celle-ci est néanmoins déjà suffisante pour être utilisée sur le terrain. Les projectiles vont trois fois plus vite qu’une balle conventionnelle.

Il y a plusieurs avantages à ‘utiliser une telle technologie. La limite de poudre ne serait plus un handicap sur les bâtiments de guerre. Tout dépendrait de l’énergie stockée. Un bateau militaire par exemple, n’aurait plus besoin d’être truffé de munitions chargées de poudre, ce qui en plus, offrirait davantage de sécurité aux marins. De plus, le tout coûterait moins cher que les armements plus conventionnels. Sans parler de l’application possible sur des armes plus légères.
Bref, c’est une machine à tuer plus économique et écologique… Youpi ?

railgun-ga-ems

Les “balles” dans ce nouveau railgun, supportent un champ magnétique multi-tesla avant d’être projetées. Le canon utilise la force électromagnétique. Les projectiles exploitent l’énergie cinétique libérée par l’arme. Ceux-ci contiennent d’ailleurs des senseurs de navigation, offrant un meilleur contrôle.

L’armée des États-Unis devrait passer aux tests en mer dans le courant de l’année.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction