Apple a 40 ans !

culture geek

Par Elodie le

La firme à la pomme fête aujourd’hui ses quarante ans d’existence. D’un petit garage sis à Cupertino, Apple est devenu l’entreprise la plus valorisée au monde. Et son co-fondateur, Steve Jobs, une véritable icône, si ce n’est un gourou, même plusieurs années après sa mort (2011).

apple_40_ans
20 ans à peine et l’envie d’en découdre. Pas sur les rings, mais dans l’industrie high-tech. Alors que l’ordinateur est encore réservé à un usage commercial en entreprise, Steve jobs et Steve wozniak les désossent déjà pour en faire des ordinateurs personnels.

1er avril 1976, un garage de Cupertino est le théâtre des premiers exploits du duo Steve Jobs, Steve Wozniak.

premier_logo_apple
Le premier logo d’Apple conçu par Ronald Wayne

L’histoire fera le reste, mais un homme par ses actes n’en fera pas partie : Ronald Wayne revendra ses 10 % de part à Jobs et Wozniak pour 800 petits dollars, seulement 10 jours après avoir créé la société Apple. On vous laisse imaginer ce qu’elles vaudraient aujourd’hui…

jobs_wayne

Arte Creative revient d’ailleurs sur l’histoire de ce troisième homme dans deux web documentaires de 6 minutes. Ronald Wayne y explique sa rencontre avec ces deux « tornades », les raisons de son départ (il explique entre autres qu’il aurait certes fini milliardaire… mais « 6 pieds sous terre ») et son seul et unique regret concernant l’aventure Apple.

1980 : entrée en Bourse d’Apple

1984 : le Macintosh voit le jour, lancé par la célèbre publicité réalisée par Ridley Scott

1985 : Steve Jobs est viré de sa propre société par le conseil d’administration, il fonde NeXT Computers et rachètera les studios graphismes de Lucas Films, les futurs studios Pixar.

1997 : retour de Steve Jobs chez Apple qui rachète NeXT en situation critique.


Pub iPod Daft Punk Technologic par alex14_kiss

Sortie de l’iMac en 1998 puis de l’iPod en 2001 (avec iTunes) et le produit phare de la firme, l’iPhone en 2007, dont le succès phénoménal ne se dément pas d’année en année, quand bien même son prix frôlerait l’indécence.

2010 : l’iPad préfigure la naissance et le boom des tablettes.

Le début des années 2000 verra l’ouverture des tout premiers Apple Store.

Apple c’est également, voire avant tout, un écosystème et Jobs l’avait très bien compris. En alliant design, ergonomie, simplicité d’utilisation et écosystème fermé, Apple a trouvé la formule du succès, en même temps qu’un prétexte aux critiques des anti-Apple.

Steve Jobs meurt en 2011 d’un cancer du pancréas diagnostiqué en 2003. Sa mort exacerbe l’adoration que les fans lui vouent, certains parlant même de culte de la personnalité.

Sa disparition est en enjeux pour la firme qui doit poursuivre sa vision tout en innovant. C’est Tim Cook, pur produit Apple arrivé au sein de la firme en 1998, et qui a gravi tous les échelons de la société, qui remplace Steve Jobs à la tête de la compagnie.

Apple_Tim_Cook_Steve_Jobs

Moins visionnaire que son prédécesseur, mais non moins intelligent, Tim Cook a réussi à s’imposer tout en bousculant les codes et les dogmes de la compagnie : il imposera les iPhone grand format, quand Steve Jobs les qualifiait de « Hummer » que personne ne voudrait avoir en main, il accolera un stylet à l’iPad alors que Jobs les détestait (« Qui veut d’un stylet? Vous n’en aurez pas. Beurk ») et lancera les Apple Watch en 2014.

Tim Cook épouse également des combats et des causes qui trouvent une résonance toute particulière dans la société civile. En 2014, il fait son coming out, 6 mois avant que la Cour Suprême n’autorise le mariage homosexuel. Une initiative remarquée et saluée par les médias et l’industrie.

En marge des révélations d’Edward Snowden sur le système d’écoutes de la NSA, il devient un farouche défenseur de la vie privée, se positionnant contre le gouvernement et les agences de renseignement qui les sollicite à tout va. Il imposera le chiffrement de bout-en-bout sur ses produits et s’attirera du même coup les foudres des autorités.

Et ce, jusqu’à récemment encore dans son litige avec le FBI qui attaquait la firme pour la contraindre à déverrouiller l’iPhone 5C d’un terroriste en contournant la sécurité son terminal. Le FBI a finalement abandonné la procédure après qu’une tierce partie l’a aidé à réaliser l’opération.