Dit comme ça, on ne sait pas trop où donner de la tête. Pourtant, c’est simple : la NASA teste un nouveau type de réseau Internet appelé « Delay / Disruption Tolerant Networking » (DTN). Installé à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), cette nouvelle technologie est sensée débarrasser les astronautes des défauts des protocoles Internet actuellement utilisés. Explications.

On vous conseille d’abord de regarder la vidéo mise en ligne par la NASA, qui explique schématiquement et de façon très claire le fonctionnement de cette technologie.

Comment marche le transfert Internet actuel ?

C’est le système de transmission utilisé partout sur Terre. Dans le cas de la NASA, les données sont transférées grâce aux satellites qui font office de relais. Pour que la transmission soit complète, il faut que toutes ces bornes soient « reliées » au moment du transfert. Cela signifie que si un maillon de la chaîne est coupé des autres à cause d’obstacles ou de radiations, les données ne peuvent pas être transmises et il y a même un risque de pertes.

Qu’apporte le DTN ?

La nouvelle technologie ouvre une solution à ce problème en intégrant un système de « stockage » inter-relais. Lorsque les satellites ne sont pas visibles entre eux, les données « attendent » littéralement aux portes d’un relais que la transmission puisse continuer vers le prochain. Ce qui empêche d’avoir à recommencer le transfert en entier ou même de perdre des données en cas d’imprévu. Le DTN divise également par deux le temps d’échange des données.

©crédit Nasa

©crédit Nasa

Le système a été installé en juin sur l’ISS pour la première fois après plusieurs années de tests. En réalité, les astronautes de la Station Spatiale Internationale ne rencontrent pas trop de problèmes pour transmettre les données vers la Terre. La NASA pense à plus long terme et voit dans cette technologie le moyen de transmettre des données à une bien plus grande échelle : celle du système solaire.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction