Pour la première fois aux Etats-Unis, des abeilles intègrent la liste des espèces menacées

Sur le web

Par Henri le

La liste des espèces menacées d’extinction ne cesse de s’allonger. Et les insectes sont très durement touchés.

Crédit : João Coelho via Flickr CC
Crédit : João Coelho via Flickr CC

Si la situation de nombreuses espèces est inquiétante, le sort de certaines abeilles est véritablement alarmant. Connues comme d’importante pollinisatrices, ces dernières voient leur nombre chuter d’année en année. Et la tendance ne semble pas s’inverser, puisque National Geographic vient de révéler que sept espèces d’abeilles noires à tête jaune originaire de Hawai viennent d’intégrer la liste des animaux et insectes en danger aux USA.

Un constat d’autant plus effrayant que ces espèces (Hylaeus anthracinus, Hylaeus assimulans, Hylaeus facilis, Hylaeus hilaris, Hylaeus kuakea, Hylaeus longiceps, et Hylaeus mana) pullulaient autrefois sur l’archipel.

« Au début des années 90, ces abeilles étaient les insectes les plus nombreux d’Hawaï. […] La perte de leur habitat, les espèces invasives et le changement climatique ont frappé les seules abeilles originaires d’Hawaï si durement qu’elles sont devenues l’un des pollinisateurs les moins visibles de l’État. »

1072166_882769581207_1024260058_o-1024x686

La mort de ces abeilles pourrait gravement perturber le fragile équilibre de la flore locale. Certaines fleurs seraient menacées de disparition. Le fait que d’autres abeilles continuent tout de même de les polliniser ne suffirait pas, puisque les espèces communes en auraient aussi besoin. L’entomologiste Karl Magnacca s’est épanché sur la question sur le site du Guardian.

« Les abeilles se focalisent sur les arbres et arbrisseaux les plus communs dans la région. Les gens ont tendance à se concentrer sur les plantes rares, et elles sont importantes, elles sont une grande partie de la diversité. Mais de l’autre côté, il faut que les espèces communes restent communes. Les abeilles permettent de conserver la structure de toute la forêt. »

Crédit : Forest Starr and Kim Starr via Flickr CC
Crédit : Forest Starr and Kim Starr via Flickr CC

Des idées existent pour tenter de les protéger, mais il n’est pas facile de les mettre en place à très grande échelle. Le développement des nids artificiels, qui évite que les fourmis viennent dévorer les larves d’abeille, se revèle assez efficace. Il faudra néanmoins agir plus pour enrayer le phénomène. Le placement de l’espèce sur la liste en question devrait donner plus de légitimité à l’action des ONG de l’état.