Mais que compte faire Samsung des Galaxy Note 7 rappelés ?

Smartphone

Par Gaël Weiss le

Il y a d’abord eu le remplacement, puis le second échec et enfin l’arrêt de la vente et de la production des Galaxy Note 7. Rideau, donc, pour le dernier smartphone de Samsung. Mais au fait, que compte faire le Coréen des plus de 2 millions d’appareils qu’il va reprendre à ses clients ? La réponse n’est, hélas, pas encore très claire.

samung-galaxy-note-7-explosion-hotel

L’affaire du Galaxy Note 7 (ou presque) est peut-être terminée pour Samsung et pour le grand public, mais pas pour ceux qui s’intéressent à l’écologie. La question du futur des 2 ou 2,5 millions de Galaxy Note 7 que Samsung s’apprête à récupérer (via des colis spéciaux) a été posée par le site américain Motherboard : que compte faire Samsung de tous ces smartphones ?

Le recyclage des smartphones remis en question

La réponse officielle du Coréen est aussi lapidaire que vague : « Nous disposons d’une procédure afin de nous débarrasser en toute sécurité des téléphones ». C’est un début de réponse : Samsung compte se débarrasser des téléphones. Pas question de les réutiliser ou de les réparer. Les Galaxy Note 7 prendront donc la direction de la benne. Et auront très probablement un impact important sur la planète.

Le Galaxy Note 7 démonté par iFixit.
Le Galaxy Note 7 démonté par iFixit.

Motherboard a en effet posé la question du recyclage des téléphones à des experts pour savoir comment allait s’y prendre Samsung. Et la réponse fait froid dans le dos. Certes, les téléphones seront démontés pièce par pièce et le maximum de composants et de matériaux seront retirés des Galaxy Note 7 défectueux.

Mais, indique Benjamin Sprecher, un universitaire spécialisé dans le recyclage des matériaux rares, « les smartphones ne sont pas vraiment recyclés du point de vue des matériaux rares ». Ainsi, on estime que le Galaxy Note 7 disposerait d’une cinquantaine d’éléments rares dans ses différents composants et que seule une douzaine d’entre eux sont recyclés et récupérés.

Un gâchis écologique et humain

Si l’on ajoute à cela que l’extraction même de ces matériaux rares au sein de mines africaines (le Cobalt des batteries de Samsung provient du Congo) a déjà eu un coût humain et écologique important et que ces matériaux vont directement être jetés, il s’agit encore plus d’un véritable gâchis. Et c’est bien le problème de la fin de ce Galaxy Note 7 : on ne sait pas exactement ce que vont devenir tous ces composants et matériaux rares qui ne seront probablement pas utilisés dans d’autres appareils. Les associations de défense de l’environnement telles que Greenpeace poussent aujourd’hui Samsung mais aussi les autres constructeurs de smartphones à être plus transparents sur les méthodes de recyclage des appareils électroniques.

Le sujet n’est d’ailleurs pas nouveau : qui sait exactement ce que devient son ancien smartphone lorsque l’on décide d’en acheter un nouveau ? L’affaire du Galaxy Note 7 ne fait que souligner le manque de communication des grands groupes sur le sujet.